Après être rentré en production le mois dernier dans son usine historique de Pontedera, le Vespa Elettrica est désormais en précommande. C’est la marque italienne qui vient de l’annoncer, en donnant une date de livraison et un tarif. Pour rappel, ce modèle 100% électrique constitue une première pour Piaggio, qui a récemment fêté les 72 ans de la Vespa. On apprécie sa robe chromée, relevé par des touches de bleu. Ce modèle de 50 cm3 disposera d’une autonomie de minimum 100 km, ce qui parait raisonnable pour un véhicule destiné aux petits trajets. Sa recharge complète devrait prendre environ quatre heures, et s’effectue grâce à un simple câble à brancher sous la selle ou dans un point de recharge situés dans les villes. Il est par ailleurs équipé d’un système de récupération d’énergie cinétique, qui recharge un peu la batterie lithium-ion lors des décélérations. Le constructeur explique que le scooter sera plus performant qu’un 50 cc traditionnel, avec une puissance de 5,4 chevaux. Il sera évidemment nettement plus silencieux qu’un scooter traditionnel. https://youtu.be/7mKeU49wuIM Pour se la procurer, il faut dans un premier temps le réserver sur le site elettrica.vespa.com, pour une livraison prévue cet hiver. Piaggio avait déclaré que le tarif se situait « au niveau haut de l’échelle de la gamme actuelle des Vespa » et la marque n’a pas menti. Le Vespa Elettrica coûte en effet 6390 euros et un programme de leasing à 99€ par mois existe également. Un tarif qui se rapproche de celui d’une grosse cylindrée, et qui le destine pour l’instant aux fans fortunés.

Continue Reading

Mot de passe, identification par schéma, capteur biométrique, il existe bien des manières de verrouiller nos appareils électroniques. Certains pays en sont conscients et ont décidé de changer leur législation afin de renforcer leurs contrôles de sécurité aux frontières. Les officiers de la douane néo-zélandaise peuvent ainsi procéder à une recherche de fichier sur votre smartphone ou ordinateur par simple demande. Auparavant, ils pouvaient déjà saisir l’équipement informatique d’une personne suspectée, mais cette révision de la loi devrait permettre des vérifications plus rapides. Terry Brown, le porte-parole des douanes, a néanmoins précisé que la vérification se déroulait en mode avion, et concernait les fichiers stockés localement. Il est donc impossible de consulter les données présentes dans le cloud ou en ligne plus généralement. Il a insisté sur le fait que cette mesure était positive et que les voyageurs ne verront pas de différence. Cette demande doit néanmoins intervenir en cas de très fortes suspicions, mais ce genre d’arguments ne convaincra pas véritablement ceux qui sont le plus attachés au respect de la vie privée. Les visiteurs pourront refuser, mais recevront une amende de 5000 dollars néo-zélandais, soit 2800 euros. Un tarif plutôt coercitif, d’autant plus que le matériel sera de toute façon saisi (et les données copiées). Dans l’hexagone, nos douaniers n’ont pas le droit de procéder à une telle recherche. Mais le cas de la Nouvelle-Zélande n’est pas exceptionnel puisque les Canadiens et les Américains font de même. Les douanes US ont ainsi effectué 30 200 fouilles d’appareils en 2017, contre 8503 deux années auparavant. Une donnée intéressante, qu’il faut malgré tout relativiser sur les millions de visiteurs qui viennent chaque année.

Continue Reading

Tout le monde sait qu’il ne faut pas fumer à la pompe à essence (ou tout court) mais cela n’empêche pas certains de le faire. Un problème sur lequel Microsoft a décidé de se pencher en faisant une nouvelle fois appel à l’intelligence artificielle. Le géant de l’informatique s’est associé avec Shell pour concevoir un système alertant automatiquement les employés d’une station-service lorsqu’un fumeur vient faire le plein d’essence. Ce sont les ingénieurs de l’équipe Microsoft Azure qui l’ont mis au point, comme le précise le site The Next Web. Ce dernier analyse en direct les images filmées par une caméra et l’intelligence artificielle repère les personnes en train de fumer, ou en train d’allumer une cigarette. Pour que cela fonctionne le plus rapidement possible, les ingénieurs ont voulu qu’une partie de la reconnaissance faciale puisse fonctionner en local, sans l’aide du cloud. Une fois qu’elle a repéré un comportement à risque, signalé par un indicateur rouge, elle transfère les données (via le cloud) à une IA secondaire, qui décide ou non d’alerter le personnel de la station-service. Un système en deux temps, qui permet de ne pas submerger les serveurs du cloud, comme l’explique Daniel Jeavons, directeur général de la Data Science chez Shell.

« Chacun de nos points de vente a peut-être six caméras et capture environ 200 mégaoctets par seconde de données. […] Si vous essayez de télécharger tout cela dans le cloud, cela devient rapidement ingérable à grande échelle. Le Edge Computing intelligent nous permet d’être sélectifs sur les données que nous transmettons au cloud.

Ce processus est détaillé dans la vidéo ci-dessous. https://youtu.be/Ulpo_-X1Q_0 Comme souvent, cette technologie pourrait être étendue à d’autres applications, notamment la surveillance et la prédiction des pannes de matériel industriel.

Continue Reading

Une nouvelle offre de Wi-Fi à bord. Voilà comment la compagnie aérienne française souhaite vendre son offre Air France Connect qui devrait intéresser les clients habitués aux vols moyen et long-courriers avec les avions de la société. Le but est simple : faire en sorte que 100% des appareils soient compatibles et équipés du Wi-Fi d’ici 2020. Trois offres seront ainsi proposées dans les avions :

  • Un pass « Message » totalement gratuit :

Il permet aux clients d’envoyer et de recevoir gratuitement des messages Whatsapp, Facebook Messenger, iMessage et WeChat depuis leur smartphone ou tablette durant tout le vol. Les clients peuvent également accéder au site airfrance.com et à l’application Air France pour consulter ou modifier leurs réservations.

  • Un pass « Surf »

Il permet de naviguer sur internet, de se rendre sur les divers réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram,…) et de consulter ou d’envoyer des emails. Les clients peuvent en bénéficier selon l’offre suivante :

  •  3€ pour toute la durée du voyage à bord des vols court-courriers
  • À partir de 5€ pour toute la durée du voyage à bord des vols moyen-courriers
  •  8€ (2700 Miles), pour une durée d’une heure ou 18€ (6 000 Miles) pour toute la durée du voyage à bord des vols long-courriers
  • Un pass « Stream »

Disponible à bord de tous les vols long-courriers, il inclut les avantages des pass Message et Surf. Le pass Stream permet de bénéficier d’un haut débit internet pour profiter du streaming et du téléchargement durant tout le vol au tarif de 30€ (10 000 Miles). Avec cette offre, les clients pourront ainsi se rendre sur des plateformes de SVoD pour regarder leurs programmes favoris. Une offre que l’on peut trouver un peu onéreuse, mais qui rendra bien des services aux mordus de cinéma et de séries. https://www.youtube.com/watch?v=1wl2H-bX8KE S’il faut patienter jusqu’en 2020 pour bénéficier de tels avantages, Air France précise tout de même que l’offre Connect sera disponible d’ici la fin de l’année 2018 sur 22 avions long-courriers et 8 avions court et moyen-courriers. Un bon moyen de tester la qualité du Wi-Fi.

Continue Reading

Dans le cadre du “Japonismes 2018”, l’importante “saison culturelle” qui se déroule à Paris depuis le mois de juillet et jusqu’au mois de février 2019 afin de célébrer le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon, la Grande Hall de la Villette va accueillir l’exposition Manga <-> Tokyo.

From 東京  with

Du 29 novembre au 30 décembre, Manga <-> Tokyo va présenter au public la relation entre la capitale japonaise et son influence dans le manga, l’animation et les jeux vidéo. De même, l’exposition s’intéresse à la représentation de la ville dans la Pop-culture et comment cette dernière a contribué à la mutation de Tokyo en la ville que l’on connait aujourd’hui. Un voyage qui sera permis par les nombreux dessins, lithogravures, extraits de films d’animation, produits dérivés, affiches, photos et surtout une maquette géante de la ville. Kaichiro Morikawa, le commissaire de l’exposition, propose quatre grandes étapes aux visiteurs. La première, qui fait office d’introduction, met en opposition deux quartiers emblématiques de la ville dans la culture pop : Akihabara et Otome Road (Ikebukuro). Deux lieux aussi bien influencés par, qu’influenceurs de la culture manga.

La marque de Godzilla

Arrive ensuite le segment “Catastrophe et reconstructions incessantes de Tokyo”, qui se penchera évidemment sur des œuvres fictionnelles comme Akira ou Godzilla, pour appuyer la réalité d’une ville maintes fois touchée par les catastrophes naturelles, et d’une société encore soumise au spectre de la bombe atomique. Pour présenter le quotidien des tokyoïtes depuis l’ère Edo jusqu’à nos jours, la partie “La vie à Tokyo” se basera elle aussi sur une flopée d’œuvres, aussi bien littéraires que cinématographiques. Enfin, l’ultime section se voudra plus intimiste en se focalisant sur “Les personnages dans la ville”, invitant ainsi le curieux à découvrir comment certains personnages de fiction sont parvenus à laisser une marque indélébile dans la vie réelle tokyoïte. Manga <-> Tokyo se déroulera du 29 novembre au 30 décembre à la Grande Halle de la Villette, à Paris. L’exposition ouvrira ses portes de 10h à 19h du dimanche au jeudi, et de 10h à 20h le vendredi et le samedi. Plein tarif : 15 euros, tarif réduit : 10 euros.  

Continue Reading

Même s’il faut se méfier des commentaires et impressions laissés par les “clients” sur les fiches produits Amazon, tant les fraudes ont explosé ces dernières années, le géant de l’e-commerce a décidé de mettre en place une nouvelle ligne de magasins, les Amazon 4-Star.

Plus près des étoiles

Le premier d’entre eux ouvre d’ailleurs ses portes aujourd’hui dans le quartier de Soho à New York. L’idée étant de mettre sur les étals que des produits notés 4 étoiles, voire plus, par les internautes. “À l’heure actuelle, tous les produits (vendus par) Amazon 4-Star ont reçu une note moyenne de 4,4 étoiles. Dans leur ensemble, ces mêmes articles cumulent 1,8 million de notes à 5 étoiles de la part de nos clients“, explique Amazon dans un communiqué officiel. Amazon se réserve tout de même de mettre en rayon des “nouveautés” ou des articles “trending” quelle que soit leur note. Qui plus est, les membres Prime payeront le prix affiché sur Amazon.com, alors que les clients réguliers devront se contenter du prix catalogue.  

Continue Reading

[caption id="attachment_50012803" align="aligncenter" width="640"] Wikimedia Commons[/caption] Cette fois, c’est pour bientôt. Elon Musk a confirmé sur Twitter que la fonctionnalité “dashcam” était en phase finale de test et serait proposée sur la version 9 du logiciel Tesla. Si les voitures de la firme sont équipées de huit caméras, elles ne servent en effet pour l’instant qu’à faire fonctionner l’Autopilot. À l’heure actuelle, les propriétaires ne peuvent donc pas récupérer ces images pour s’en servir de preuves en cas de collision avec un autre véhicule par exemple. [shortcode_jdg_read_also label=”Elon Musk pense pouvoir fabriquer des Tesla à 25 000 dollars d’ici trois ans” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/08/20/elon-musk-pense-pouvoir-fabriquer-tesla-a-25-000-dollars-dici-trois-ans/” width=”1/2″ /] Avec la nouvelle dashcam, ils pourront désormais récupérer des séquences vidéos de leurs trajets. Ne reste qu’à découvrir à quelle variété de flux ils auront accès. Faudra t-il sélectionner une caméra précise ? Ou l’utilisateur pourra-t-il récupérer les flux de l’ensemble des caméras présentes ? Nous le saurons bientôt. La version 9 du logiciel de Tesla devrait en effet sortir d’ici la fin du mois de septembre. À noter que cette fonction d’enregistrement ne sera disponible qu’en bêta sur la version 9 mais devrait être améliorée d’ici la version 9.1. https://twitter.com/elonmusk/status/1041826260115120128?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1041826260115120128&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.theverge.com%2F2018%2F9%2F18%2F17874566%2Ftesla-dash-cam-version-9

Continue Reading

Alexa part à la conquête de nouvelles pièces de la maison. Selon CNBC, Amazon aurait dans ses valises pas moins de 8 nouveaux appareils Alexa. Parmi eux on trouverait notamment un four à micro-ondes, un accessoire pour la voiture, un ampli et un caisson de basse. Des appareils qui montrent clairement la volonté d’Amazon d’implanter son assistante intelligente dans toutes les pièces de la maison. À noter que ces catégories de produits sont assez différentes de la ligne Echo, pour sa part, plus orientée audio et communication. Il pourrait donc s’agir d’une toute nouvelle gamme Amazon d’appareils électroménagers intelligents. Certains d’entre eux intégreront directement la fonctionnalité Alexa tandis que d’autres, compatibles, pourront s’y connecter. Et nous devrions très bientôt en savoir plus dessus. Ces appareils devraient en effet être dévoilés d’ici la fin de l’année. Selon CNBC la présentation serait même prévue d’ici la fin du mois.

Continue Reading

Un train autonome pour les marchandises, l’autre pour le transport de passagers : c’est la mission assignée cette semaine par la SNCF à deux consortiums. Plusieurs des fournisseurs et sous-traitants de la SNCF (Alstom, Thales, Bosch, Bombardier…) vont mettre leurs travaux en commun pour développer ces fameux prototypes. Ils ont cinq ans pour y parvenir…

Des trains autonomes d’ici cinq ans

Le calendrier a été arrêté : d’ici 2023, les prototypes devront avoir été développés pour être ensuite testés pendant deux ans. Dès 2025, les trains autonomes devront prendre les rails et se débrouiller seuls… ou presque. Car on ne transporte pas du fret et des passagers de la même manière. Pour les marchandises, le train devra être complètement automatisé et en mesure de réagir en cas d’imprévu sur la voie. Pour les trains de passagers comme les TER, la SNCF veut avoir le choix entre un train sans chauffeur, et un train supervisé par un conducteur humain. Le pilote devra être en mesure de prendre la main en cas de problème insoluble pour la machine. Une présence humaine dans le cockpit qui aura aussi un effet psychologique sur des passagers qui préféreront sans doute se savoir conduits par un être vivant… même si c’est le train qui fera la majeure partie du travail. Cependant, les trains autonomes ne sont pas une nouveauté à proprement parler. Cela fait un moment que des métros et des tramways sont pilotés par des ordinateurs. Et puis il est sans doute plus facile d’imaginer des trains sans chauffeur, car après tout ils circulent sur des circuits fermés…

Continue Reading

Il y a deux écoles parmi les gens qui achètent de sapins de Noël. Ceux qui tiennent à comparer les mérites des différents candidats (“celui-ci ne perd pas ses épines mais celui-là sent TELLEMENT bon”) et à les étudier sous toutes les coutures avant de se prononcer. Et puis il y a ceux qui se dépêchent d’en choisir un car ils savent qu’avec l’arbre sur le dos, la route du retour sera longue. C’est ceux-là qu’Amazon a dans le viseur. Comme le révèle l’Associated Press, la firme de Jeff Bezos a en effet l’intention de proposer à ses clients de leur livrer leur sapin de Noël.

Un sapin livré dans les 10 jours suivant la coupe

Et on ne parle pas ici du petit modèle discret, non: c’est bien un modèle de 2 mètres de haut “livré dans les 10 jours après la coupe” qu’Amazon se propose d’amener à la porte de votre Home Sweet Home. Les traditionnels sapins Douglas ainsi que des pins de Norfolk seront au catalogue. Et il sera possible de pré-commander les arbres. L’article de l’Associated Press ne précise pas si tous les pays seront concernés. Nous avons cependant posé la question à Amazon France et nous mettrons à jour cet article dès que leurs services auront pu préciser ce point.

Un public déjà intéressé

Si cette nouvelle offre séduit le public américain, il est de toute façon probable qu’elle soit étendue, à un moment ou à un autre, à d’autres pays. Et, quoiqu’en pensent certains organismes, Amazon a de bonnes chances de réussir son coup. La compagnie a en effet déjà vendu l’an dernier des sapins de plus petit format (moins d’un mètre de haut). Si elle passe désormais au grand, c’est donc très certainement que le public a manifesté de l’intérêt pour l’offre.

Continue Reading