Les fourches ont à peine eu le temps de se lever et les torches de s’allumer que la raison de la grogne avait déjà disparu. À la mi-septembre, plusieurs utilisateurs de comptes Spotify Famille ont commencé à rapporter un changement de politique étrange de la part du géant suédois.

On ne choisit pas sa famille

Un mail envoyé par Spotify les invitait en effet à renseigner leurs coordonnées GPS, sous peine de voir leur accès au compte familial révoqué. Pour le service de streaming musical, l’idée est de lutter contre les clients qui souscrivent à compte Familial pour en faire profiter leurs amis, et ainsi réduire le coût de l’abonnement mensuel (14,99 euros pour un compte Famille, soit 3 euros par utilisateurs, contre 9,99 euros pour un compte Premium individuel). https://twitter.com/unaligned/status/1041875669704237057 Face au manque à gagner, Spotify avait donc décidé de prendre des mesures. Pourtant, alors que de plus en plus de voix ont commencé à s’élever contre cette politique, rappelant que tous les membres d’une même famille ne vivent pas forcément sous le même toit, Spotify a fait savoir au site américain Quartz que le renseignement des informations GPS n’était qu’un test, et qu’il était dès à présent terminé. En revanche, Spotify n’a pas expliqué pourquoi il avait choisi de conduire ce test maintenant, sans aucune communication au préalable. De même, le géant suédois n’a pas infirmé ou confirmé la reprise prochaine des tests, ni si ces derniers mèneront à une future mise à jour. Les conditions d’utilisation d’un compte Spotify Famille, elles, restent inchangées, et requiert toujours que “tous les titulaires de compte doivent résider à la même adresse.

Continue Reading

Le service de streaming demande aux utilisateurs inscrits dans cette formule « famille » de confirmer géographiquement leur compte. S’ils n’habitent pas au même endroit que le titulaire de l’abonnement, ou s’ils prennent plus de 7 jours pour répondre, ils seront alors expulsés du compte familial et ils devront se contenter de l’offre gratuite.

Système D

Il s’agit visiblement du moyen trouvé par Spotify pour en terminer avec la pratique qui permet à un groupe d’amis (jusqu’à 6 personnes peuvent faire partie d’un forfait familial) de ne payer que 15 € par mois pour profiter de l’ensemble des fonctions du service. Une technique intéressante puisqu’elle réduit la facture de 75% pour chacun des 6 utilisateurs. Pour le moment, le nombre de petits malins avertis par Spotify est réduit, et l’avertissement touche surtout les États-Unis et l’Allemagne. Sur la page de présentation de l’offre familiale, Spotify prévient noir sur blanc que les utilisateurs inscrits à l’offre doivent résider à la même adresse que le titulaire du compte. Jusqu’à présent, le service de streaming regardait ailleurs lorsque son offre famille était détournée. Mais le manque à gagner est évident, alors que Spotify est désormais sous le regard des investisseurs et que l’entreprise se doit de retirer le maximum de revenus de chaque abonné.

Continue Reading

Actuellement en tournée chez les annonceurs, le service de streaming suédois vient avec un argument de choix dans sa valise. Selon plusieurs sources dont hypebot, l’entreprise teste la personnalisation de ses playlists. Un algorithme proposera des chansons selon le profil de l’utilisateur et les intégrera dans les listes de lecture. Cette fonctionnalité ne s’affiche (pour l’instant) que chez certains abonnés et d’un niveau intermédiaire. Il reste à savoir si cette stratégie sera déployée vers les autres abonnements (83 millions d’abonnements payants) ou encore aux autres playlists de Spotify. En plus de donner une expérience plus que personnalisée, ce nouveau système permettra ainsi de renouveler progressivement les tracklists et indirectement de lutter contre l’épuisement de certaines listes de musique.

Les annonceurs en ligne de mire

D’un point de vue économique, Spotify veut mettre les habitudes des consommateurs au centre d’une stratégie commerciale. Si “la musique est un miroir” selon Lucas Daher, responsable des ventes de Spotify en Europe du Sud, le service de streaming veut rentabiliser la routine de ses utilisateurs. En effet, la consommation musicale est un bon moyen pour voir les préférences des utilisateurs. De plus, de la salle de sport à un moment de détente, en passant par le moment de se coucher, l’écoute de la musique est complètement différente selon le moment de la journée. En conséquence, le service de streaming, avec un ciblage sur le sexe, l’âge et la localisation, pourra donner des résultats clairs à ses partenaires commerciaux.  Un bon moyen pour les publicitaires de choisir leurs plages de diffusion. Si l’utilisateur change de genre de musique, la plateforme sera avertie du changement. Ce marketing devrait, selon Spotify,  générer 18% d’intention d’achat supplémentaire. [shortcode_jdg_read_also label=”Spotify s’ouvre un peu plus aux artistes indépendants” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/09/23/spotify-souvre-plus-aux-artistes-independants/” width=”1/2″ /] De plus, afin de se différencier de certains de ses concurrents tels que Youtube ou Facebook, le service de streaming met en avant la publicité audio. Selon l’entreprise suédoise, 79% de la publicité se fait lorsque le contact visuel est impossible. Et les occasions sont nombreuses pour les annonceurs, avec une consommation de plus de 2h30 pour les utilisateurs payants.

Continue Reading

Le service de streaming a ouvert cette fonction à quelques musiciens bêta-testeurs. Ils peuvent dès à présent uploader des chansons, une illustration et préciser quelques informations, puis choisir une date de lancement. Le minimum est de cinq jours pour laisser le temps à Spotify de vérifier le contenu des morceaux et s’assurer que les chansons ne sont pas déjà dans sa base de données (uploadées par un tiers).

Pas de label ? Pas de problème

Au contraire de SoundCloud où les chansons peuvent être écoutées tout de suite par les utilisateurs, ce service de Spotify n’est donc pas immédiat. L’entreprise présente cette fonction comme un moyen donné aux artistes de gérer leur musique avant de la mettre à disposition de tous. L’upload est gratuit, quant à la rémunération des musiciens, elle est la suivante : Spotify reverse 100% des royalties et 50% des revenus générés par le service avec les morceaux. Les artistes seront payés automatiquement tous les mois. Spotify a mis en place cette possibilité il y a quelques mois déjà, avec comme premiers cobayes VIAA et Michael Brun. Le service en est toujours à sa phase de test, c’est pourquoi seule une poignée de musiciens y ont accès pour le moment. Quand elle sera ouverte à tous, cette fonctionnalité ouvrira certainement des possibilités à de nombreux artistes pour proposer leur musique, et elle pourrait même représenter un complément de revenus intéressant.

Continue Reading

En admettant qu’un morceau dure en moyenne 3 minutes, 3 333 morceaux représentent presque 7 jours d’écoute en continu. Pourtant, pour certains utilisateurs de Spotify, cette quantité est loin d’être suffisante.

Toute la musique que j’aime

Le service de streaming suédois a écouté les complaintes de ses utilisateurs et a décidé, à travers une récente mise à jour, d’augmenter le plafond de chansons téléchargeables ainsi que le nombre de terminaux pouvant les accueillir. [shortcode_jdg_read_also label=”Spotify envisage de laisser ses utilisateurs gratuits zapper les publicités” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/08/14/spotify-envisage-de-laisser-utilisateurs-gratuits-zapper-publicites/” width=”1/1″ /] Désormais, les abonnés pourront enregistrer jusqu’à 10 000 chansons par terminal, pour un maximum de 5 appareils par compte, afin de les écouter hors-ligne. 50 000 titres donc, qui représentent 2 500 heures d’écoute totale, ou 104 jours.  

Continue Reading