Une situation étrangement déjà-vue

Il y a 33 ans, James Cameron sortait Terminator, un film de science-fiction dans lequel les Hommes luttaient contre les machines pour survivre. À l’époque, on ne pensait pas vivre une telle situation, mais c’était sans compter sur Boston Dynamics. La société située à Waltham dans le Massachusetts compte bien faire d’Atlas le premier robot humanoïde de l’Histoire. À en croire les dernières prouesses réalisées par ce dernier, c’est très bien parti. En effet, la machine articulée et alimentée par une batterie bipède est désormais capable de faire…du parkour. Dans la séquence mise en ligne hier, on peut voir Atlas sauter par-dessus un tronc d’arbre, mais surtout grimper sur trois estrades à des hauteurs différentes sans la moindre difficulté. Chaque marche mesure plus de 40 centimètres de hauteur et il faut bien avouer que le robot se hisse avec une facilité déconcertante. https://www.youtube.com/watch?v=LikxFZZO2sk

Quel but ?

Boston Dynamics affirme que cette nouvelle étape prouve à quel point Atlas pourrait être utile, notamment dans des situations précaires suite à des catastrophes naturelles. Ainsi, si l’on en croit leurs propos, le robot serait idéal afin de secourir des personnes coincées dans des endroits difficiles d’accès. Malheureusement, notre méfiance nous pousse à croire en d’autres projets, plus militaires. Boston Dynamics a été racheté il y a un peu plus d’un an par une entreprise japonaise, Softbank, qui a bien des projets pour Atlas (certainement autres que dans l’humanitaire). Depuis sa présentation il y a plus de deux ans, le robot a bien évolué puisqu’il sait désormais réaliser des backflips, courir en évitant des obstacles, porter des objets et les ranger ou simplement se relever après être tombé. On ne cesse de le dire, mais ces séquences font irrémédiablement penser au prélude de l’apocalypse robotique de Skynet. https://www.youtube.com/watch?time_continue=27&v=fRj34o4hN4I

Continue Reading

https://www.youtube.com/watch?v=Ej0B1dSnqOg   Dans la liste des accessoires pour smartphone, ce prototype fait sans doute partie des plus étonnants. Un groupe de chercheurs français dirigés par Marc Teyssier a en effet eu l’idée de développer un doigt robotique à relier au smartphone. Dans la vidéo ci-dessus, l’équipe détaille les pistes explorées avec ce projet. Les chercheurs ont par exemple étudié la possibilité d’utiliser ce doigt robotique pour signaler l’arrivée de nouvelle notifications sur le téléphone, réaliser une action (ex stopper une alarme) ou encore positionner l’appareil de manière inclinée. D’autres utilisations sont bien plus surprenantes. Le doigt peut par exemple réaliser des actions en rapport avec un message reçu (à la réception d’un smiley, il caresse le poignet de l’utilisateur) ou permettre au téléphone de ramper. Une fonctionnalité un peu flippante qui n’est pas sans rappeler la Chose de la famille Adams. On n’est cependant pas prêt de voir le MobiLimb dans nos chaumières. L’appareil n’est en effet pour l’heure qu’un prototype qui n’a pas vocation à être commercialisé. Mais on est curieux de voir de quelle manière ce surprenant projet pourrait évoluer.    

Continue Reading

Évidemment, l’idée de départ de OmniSkin n’est pas de permettre à M. Patouf, le chien jaune en peluche du/de la petit(e) dernier(e), de déambuler tranquillement dans la maison et de vous donner des sueurs froides lorsqu’il vous réveillera en pleine nuit après être monté sur le lit sans que l’on sache trop comment.

L’avènement des outils multifonctions

Non, Rebecca Kramer-Bottiglio, roboticienne de l’Univercité de Yale, et son équipe ont imaginé cette “peau robotique” afin de répondre aux challenges soulevés par la future conquête spatiale. En effet, les astronautes devront pouvoir compter sur des outils multifonctions ET capables de s’adapter à des scénarios inattendus, ce qui risque d’être souvent le cas dans le vide spatial. L’OmniSkin fait donc partie des solutions mises sur la table. Composée de tissus élastiques, de capteurs et d’actionneurs, cette “peau robotique” se greffe sur un objet inanimé, comme de la mousse, ou dans le cas de la vidéo qui suit, ou une peluche, pour lui donner vie. https://youtu.be/uuAY5Y_INYQ Complètement modulable, pouvant être fixé à l’aide de fermetures éclair ou des liens, l’OmniSkin est, pour sa conceptrice, “comme des Lego.” “(Chaque partie) peut être combiné, séparé et regroupé selon différents schémas“, ajoute-t-elle lors d’une interview pour le site Smithsonian.com. Dans un article publié sur Science Robotics la semaine dernière, Rebecca Kramer-Bottiglio détaille quelques applications, comme la transformation de mousse en bras robotisé, ou l’augmentation de vêtements. “Les futurs astronautes qui exploreront une autre planète, pourraient rapidement construire un robot en utilisant l’OmniSkin enroulée autour de matériaux déformables, et y coller une caméra, afin de déployer le robot pour explorer des espaces confinés ou dangereux“, avance Rebecca Kramer-Bottiglio.  

Continue Reading

Sphero BOLT embarque notamment 5 nouvelles fonctionnalités par rapport à son prédécesseur. On retrouve ainsi une matrice de 8×8 LED animée et programmable qui affiche des données et graphiques en temps réel, des capteurs infrarouges pour que les robots communiquent entre eux, et qui permet de nouveaux jeux plus sophistiqués, une nouvelle fonctionnalité de visée automatique, qui permet au robot de se stabiliser tout seul et de ne jamais perdre le nord grâce à un compas intégré, un capteur de lumière ambiante, où le robot réagit en fonction de la luminosité, ouvrant nombre de possibilités d’apprentissage en jouant avec la lumière, ainsi qu’une autonomie de jeu de 2 heures grâce à une nouvelle batterie ! BOLT fonctionne évidemment avec l’application Sphero Play pour conduire et jouer (iOS et Android). De plus, Sphero vient avec une application gratuite Sphero Edu, qui permet de contrôler et coder BOLT. Par ailleurs, elle fournit aux parents, aux enseignants et aux enfants un écosystème pour partager des programmes d’études et des projets en toute simplicité. Sphero Edu fonctionne à partir de iOS, Android, Kindle, Mac, Windows, Chrome. Notez que pour le monde de l’éducation , Sphero BOLT existe en un format simple avec une valise comprenant 15 BOLT ! Il suffit de brancher la valise pour charger l’ensemble des Sphero BOLT, le tout pour un prix de 2799.99 euros. https://www.youtube.com/watch?v=g9X_wdZKAfw&feature=youtu.be

Continue Reading

La nouvelle version du chien Aibo s’apprête à être commercialisé aux États-Unis après avoir fait ses premiers pas au Japon. Ce petit bijou de technologie est livré avec sa station de charge (qu’il peut rejoindre lorsque la batterie est faible), son petit os et sa balle. On remarque que son faciès est plus doux qu’auparavant, notamment grâce à ses yeux à écran OLED, et fait penser à un jeune golden retriever. Le canidé robotique pourra interagir avec son environnement de façon encore plus spontanée grâce à une intelligence artificielle délocalisée. Il est désormais capable de reconnaître les gens, mais aussi les animaux dans son entourage, tout en enregistrant ses différentes expériences. De quoi faire évoluer sa propre personnalité au fil du temps, selon Sony. Deux modèles différents ne réagiront pas de la même façon. Il sera régulièrement mis à jour grâce au cloud de la firme. Ce service n’est pas gratuit et se répercute sur le prix de vente. Au Japon, il est proposé à 1500 euros associé à un abonnement d’une vingtaine d’euros par mois pendant trois ans. Il sera vendu 2899 dollars aux États-Unis, soit 2500 euros avec l’abonnement compris. Une somme importante, qui ne le destine pas au très grand public.

Une application est bien évidemment livrée avec. Grâce à cette dernière, vous pourrez piloter votre Aibo, lui apprendre des tours et même consulter ses souvenirs. Sa puce 4G lui permettra également de prendre l’air, puisqu’il restera connecté à son IA même en déplacement. Un partenariat avec l’opérateur AT&T a d’ailleurs été mis en place au pays de l’oncle Sam, où il est attendu au mois de septembre.

Continue Reading

En attendant que les robots finissent par nous asservir, ce “dragon volant” imaginé et conçu par des chercheurs de l’université de Tokyo est assez amusant. Et impressionnant ! Et le nom de ce robot n’est pas galvaudé puisqu’il s’agit d’un acronyme : “Dragon” pour “Dual-Rotor embedded multilink Robots of multi-deGree-of-freedom aerial transformation“. Ils voulaient désespérément […]

Continue Reading

Alexander Reben a mis au point avec Google Shoots une installation qui fait froid dans le dos. En commandant « OK Google, active le pistolet », un pistolet tire automatiquement dans une pomme (cela pourrait être une toute autre cible et pourquoi pas votre tête). Mais l’assistant du moteur de recherche n’y est pas pour pas […]

Continue Reading