[caption id="attachment_50094144" align="aligncenter" width="1280"] Crédits :Ecole polytechnique Université Paris-Saclay / Wikipedia[/caption] Patrick Drahi a profité de l’inauguration de l’Altice Campus, dans le XVe arrondissement de Paris, pour communiquer sur l’actualité du groupe. Ce bâtiment, qui accueillera les effectifs de SFR mais également des employés du pôle média, était l’endroit idéal pour annoncer de bonnes nouvelles. L’air enthousiaste, le patron a voulu rassurer ses troupes, notamment en ce qui concerne la fuite des clients sur les trois dernières années.

“J’avais fixé l’objectif de regagner tous nos clients perdus d’ici à la fin de l’année. Eh bien, c’est fait ! Début octobre, nous avions reconquis plus de clients que nous n’avions perdus sur les trois dernières années, ça fait plaisir”

Une reconquête due à la multiplication des offres sur RED, sa branche low-cost, qui a su faire revenir des clients grâce à des tarifs ultra-concurrentiels. Un domaine sur lequel le groupe avait pris du retard, en particulier face à Free et aux autres MVNO (Sosh, B&You…). La firme a notamment déployé des offres « à vie » sur certains forfaits à petit prix, permettant à ceux qui changent d’opérateur chaque année de ne plus avoir à la faire.

“Nous avons su moderniser SFR, nos clients reviennent en nombre. Et ils ont le sourire parce que c’est vrai qu’ils ont souffert. Je remercie ceux qui sont restés”

Des offres combinées avec son nouveau produit fer-de-lance : le football. RMC Sport est ainsi devenu le diffuseur exclusif de la Ligue des Champions, mais aussi de la Premier League anglaise, un championnat très suivi. Mais ce sésame footballistique est loin d’être abordable et le groupe a dépensé une fortune pour ce dernier (environ 1 milliard d’euros sur trois ans pour la LdC, plus de deux fois et demie ce que payaient auparavant Canal + et beIN Sports à l’époque). Son lancement chaotique n’a d’ailleurs pas du rassurer les investisseurs. Cette stratégie n’est pourtant pas validée par l’ensemble des observateurs, qui l’estime particulièrement risquée. Les offres proposées par RED ne visent plus la même clientèle, et le revenu moyen par client risque de chuter. Afficher autant d’abonnés qu’auparavant est certes une bonne nouvelle, mais pas si ces derniers rapportent deux à trois fois moins d’argent. On peut donc s’inquiéter sur la vision à long terme de la firme, d’autant que les problèmes soulevés par les abonnés (SAV, couverture 4G…) sont loin d’être tous résolus.

Continue Reading

Jusqu’à présent, le constructeur, que l’on connait surtout pour ses caméras haute définition, n’avait pas partagé beaucoup d’images de son futur smartphone… si ce n’est une poignée de rendus. Des sites web américains ont également pu prendre en main l’appareil. En attendant le lancement de l’Hydrogen One, RED donne le change en livrant une série de clichés du smartphone en vrai.

Des photos qui claquent

Autant dire que ces photos font leur petit effet. L’appareil offre un design industriel à nul autre pareil, on aime ou pas mais force est de constater que les formes de l’Hydrogen One lui permettent de sortir du lot. Le terminal embarque un écran de 5,7 pouces QHD qui a une particularité assez unique : il sait afficher des images holographiques (« 4V »), sans avoir besoin de porter de lunettes spéciales. Le smartphone permettra de créer du contenu 4V, sans avoir besoin de lui adjoindre un module spécifique. RED a effectivement fait le choix de développer un appareil modulaire, comme le Moto Z. Une grille de connecteurs au dos lui permettent d’accueillir des périphériques, à commencer par un module sur lequel on greffera des objectifs (Fuji, Canon, Nikon et Leica sont de la partie). Le constructeur va aussi proposer, normalement dans le courant de la semaine prochaine, un modèle à destination des développeurs (nom de code : Houdini), qui fera suite à une présentation au sein du studio RED à Hollywood. Cette version ne sera pas totalement finalisée. L’Hydrogen One sera proposé à 1.295 $ en version aluminium noir ; une déclinaison en titane est aussi prévue.

Continue Reading

C’est presque devenu une habitude tant SFR n’hésite plus à brader ses abonnements, le forfait à 10 euros par mois de RED propose depuis aujourd’hui et jusqu’au 3 septembre prochain une enveloppe de 40 Go de data en 4G, au lieu de 1 Go. Ce bon plan est disponible sur le site web de RED. Comme souvent avec RED by SFR, ce prix n’est pas limité dans le temps. Passé un an, son prix et son enveloppe de 40 Go de data en 4G resteront toujours à 10 euros par mois. Pour ce prix, on dispose donc largement de quoi regarder des vidéos sur YouTube ou sur Twitch, des appels, SMS et MMS illimités, mais aussi d’une petite enveloppe de roaming de 3 Go en 4G lors de potentiels déplacements dans l’Union Européenne. Enfin, contrairement à d’autres opérateurs, SFR ne bride pas le mode modem. Vous pouvez donc partager votre connexion avec votre PC pour regarder Netflix, par exemple. A noter pour finir que la carte SIM est payante et qu’elle coûte 10 euros.

Continue Reading