Depuis quelques mois, la trottinette électrique est devenue l’objet à obtenir. En location ou à l’achat, de nombreux citadins ont décidé d’opter pour la trottinette lors de leurs déplacements dans les grandes villes de France. Le souci est que, malgré son apparence rassurante, ce moyen de transport peut atteindre les 40km/h et peut-être à l’origine de plusieurs accidents avec des piétons. Un phénomène de plus en plus visible et que la classe politique prend dorénavant au sérieux.

Plusieurs accidents avec des trottinettes électriques

La ministre des transports, Elisabeth Borne, a indiqué ses intentions chez nos confrères d’Europe 1. En effet, elle ne veut plus voir de trottinettes sur les trottoirs et profite de son futur projet de loi pour régler le problème. Invité ce 21 septembre, la femme politique explique “qu’il faut que l’on puisse continuer à se déplacer en sécurité sur les trottoirs. Dans la loi que je présenterai fin octobre, on adaptera le code de la route pour que ces engins électriques qui peuvent aller très vite (..) soient sur la chaussée ou les pistes cyclables.” Pour avoir le droit de passer sur la chaussée, les trottinettes auront l’obligation d’être équipées d’un système de frein et d’un éclairage adéquat. Les trottinettes ne sont pas les seules à être dans l’œil du cyclone. Et pour cause, tous les engins à déplacement personnels électriques (EDP) sont concernés. Autrement dit, les dispositifs à deux roues électriques, les gyropodes ou encore les gyroskates sont également ciblés.

Continue Reading

Le débat est toujours le même : la redevance TV doit-elle s’appliquer aux uniques possesseurs d’un téléviseur, ou à tous les internautes qui se servent de leur box Internet pour regarder la télévision sur un moniteur tiers ? L’ancien président de Radio France, Mathieu Gallet, en faveur de la réforme de la redevance, estime lui qu’elle devrait s’appliquer à tous les foyers fiscaux, à condition de voir son montant réduit.

2020, l’année du changement ?

Bien qu’il veille dans les milieux politiques depuis 10 ans, Françoise Nyssen a décidé de remettre le débat sur le tapis, en affichant sa volonté de réformer la redevance d’ici deux ans. Ainsi, à l’occasion du Festival de la fiction audiovisuelle de La Rochelle, la ministre de la Culture a annoncé vouloir “qu’un débat soit ouvert sur la contribution à l’audiovisuel public” pour la moderniser et l’adapter aux nouveaux usages numériques. Elle souligne que “c’est une question de rendement et d’équité qui doit être abordée sans tabou”. Pour Françoise Nyssen, l’objectif est d’inscrire cette réforme dans le “projet de loi des finances pour 2020”, présenté l’année prochaine.L’une des pistes chères à la ministre est que la redevance soit “déconnectée” de la seule possession d’un téléviseur. Il faut dire que nombreux sont ceux qui se passent désormais de TV pour regarder les divers programmes audiovisuels.  

Continue Reading

Quand vient le moment de changer d’heure, on ne sait jamais trop s’il faut avancer ou retarder l’horloge. Pire, ce changement — en mars et en octobre — est parfois source de confusion et de fatigue, tout cela pour réaliser des économies d’énergie qui ne sont pas forcément au programme (en France, l’heure d’été a été rétablie en 1976 suite au choc pétrolier qui avait eu lieu trois ans plus tôt).

80% des Européens n’en veulent plus

C’est pourquoi la Commission européenne a voulu en avoir le cœur net : dans une consultation publique grandeur nature, l’exécutif européen a demandé aux citoyens de se prononcer sur le sujet. Ce sont 4,6 millions de personnes qui ont répondu à l’enquête de la Commission, et le résultat est sans appel : près de 8 Européens sur 10 ne veulent plus entendre parler des changements d’heure d’été et d’hiver. Fort de ce résultat, Jean-Claude Juncker le patron de l’institution communautaire a déclaré à la chaîne allemande ZDF : « Le changement d’heure sera aboli » ! « Des millions de personnes ont répondu et sont d’avis qu’à l’avenir c’est l’heure d’été qui devrait être tout le temps la règle, et nous allons réaliser cela », poursuit-il. La Commission européenne va désormais préparer une proposition législative à destination du Parlement européen et pour le Conseil européen, l’organe qui regroupe les États membres de l’UE. Néanmoins, les États conservent la haute main sur cette décision. Ils peuvent choisir de rester à l’heure d’été ou à l’heure d’hiver. Il faut toutefois s’attendre à une tentative d’harmonisation entre les pays. Et surtout prendre son mal en patience, car le processus législatif européen est long et cela peut demander plusieurs mois…

Continue Reading