Les Chroniques Techno SOSmonordi

Catégorie : Jeux-Video

[Test] Everything – On passe du tout au tout [PC, PS4]

Est-ce que TOUT faire est une bonne chose ? Est-ce que TOUT incarner est plus intéressant que d’incarner un seul personnage ? Est-ce que TOUT est lié ? Voici autant de questions auxquelles Everything, le dernier OVNI indé du moment disponible sur PC et PS4, essaye de répondre. Peut-être.

Difficile d’expliquer le concept d’Everything, alors autant raconter de manière descriptive ce qu’on fait quand on lance le jeu. Quand vous commencez à jouer à Everything, vous incarnez un cheval. Parce qu’un cheval, c’est quelque chose. C’est quelque chose parmi de très nombreux autres « quelque chose » qu’Everything vous permet d’incarner. D’ailleurs vous pouvez être plein d’autres choses au début de votre partie, c’est décidé au hasard. Mais voilà, arbitraire ultime, j’ai incarné un cheval. Alors on se déplace, on va à droite et à gauche dans ce qui semble être une prairie avec des collines, des arbres, d’autres animaux. La nature quoi. Bon, mon cheval, raide comme un balai, se déplace de la manière la moins naturelle qui soit, mais passons. Ce n’est qu’un détail dans cette grande théorie du tout.

Alors, vous explorez. Vous explorez et vous discutez. Avec tout, car tout le monde a quelque chose à dire. Le singe là-bas ? Il a une pensée, un petit truc dans un coin de sa tête. Et puis, ce caillou-là ? Également. Représenté par des petites bulles de bande dessinée, on finit par collecter toutes ces bribes de pensée qui finissent par créer un tout philosophique, représenté sur une sorte de murs des réflexions, par le biais d’un menu.

On passe du tout au tout

Tout cela est bien beau, mais on se demande encore ce qu’on fait là. Jusqu’au moment (scripté, après qu’un certain temps se soit écoulé) où une icône encore inédite apparaît au-dessus d’une des choses autour de vous. En allant parler au buisson/lapin/loup/galet qui semble en être à l’origine, il vous octroiera une possibilité nouvelle de jeu. C’est comme cela que vous pourrez… pousser des cris pour attirer l’attention sur vous ! Chouette ! Dans le cas de notre cheval, un hennissement qui fera que tous les regards des choses alentours se poseront sur lui. Et puis, au bout d’un moment, une autre icone, une autre de ces choses, nous apprendra à former un groupe avec d’autres chevaux. Puis à se séparer un par un des membres qui le compose. Eh ! Après tout, un troupeau, c’est autant une chose… qu’autre chose.

Mais le grand jeu du tout ne démarre vraiment qu’à partir du moment où on vous permet d’intégrer d’autres choses. Toutes les choses. Pour peu qu’elles soient suffisamment proches de vous. De cheval je suis passé à biche. Puis de biche à rocher. De rocher à ours.