Fortnite Battle Royale s’apprête à débarquer sur smartphone (iOS et Android) dans une version …

Cet article Fortnite Battle Royale arrive sur smartphone, dans une version identique (et crossplay) à celles sur PS4 ou PC est apparu en premier sur Journal du Geek.

Continue Reading

Dois-je satisfaire l’église au détriment du peuple et de l’armée, afin de m’assurer une bonne stabilité financière ? Avoir une aventure avec cette guerrière venue du Nord me permettra-t-elle de conclure une alliance en cas de guerre, au risque de froisser le cardinal ? Est-ce une femme qui a créé l’univers ? Et pourquoi diantre je meurs alors que le peuple m’acclame ?

Régner n’est pas une tâche aisée. Une mauvaise décision, une alliance hasardeuse et le peuple a vite fait de libérer votre tête du joug tyrannique de votre corps. Il suffit d’essayer Reigns, le jeu mobile de Nerial sorti l’an dernier pour s’en rendre compte. Imaginez maintenant que vous troquiez les attributs d’un Roi pour la couronne d’une reine. On vous prévient tout de suite, régner quand on est une femme et que l’on doit faire face aux mœurs du moyen-âge, c’est une toute autre paire de manches. Car en plus de devoir prendre des décisions difficiles, vous allez devoir asseoir votre légitimité en tant que souveraine. Et cela tombe bien, Nerial et Devolver vous proposent de vivre cette expérience avec Reigns : Her Majesty.

Game of Crowns

Pour se démarquer de son aîné, cette suite spirituelle (on précise « spirituelle » car Reigns : Her Majesty ne s’inscrit pas dans le canon de Reigns) abandonne la mode moyenâgeuse pour une esthétique plus renaissance. Côté gameplay par contre, rien de nouveau sous le soleil.

Dans la peau d’une reine, puis de ses successeures, vous devrez toujours faire des choix pour maintenir un certain équilibre entre les quatre pouvoirs : l’église, le peuple, l’armée et la trésorerie. Pour ce faire, vous devrez faire glisser des cartes vers la gauche ou la droite, à la façon du « swipe » de Tinder, en fonction de la décision qui vous convient. La plupart de ces choix influenceront positivement et/ou négativement un ou plusieurs pouvoirs, et si l’une des jauges est vide ou entièrement remplie, c’est Game Over. La mort n’est pas pour autant une fin en soi, puisque votre conscience est transférée dans le corps de la Reine qui vous succède.

La nouvelle souveraine conserve les cartes et les objets précédemment acquis par son aïeule. En effet, au rayon des nouveautés, on trouve désormais un inventaire d’objets. Ces derniers permettent de déclencher des interactions spéciales avec les personnages, et ainsi découvrir une nouvelle ramification de l’histoire. Car oui, comme pour Reigns, le nouveau bébé de Nerial possède un scénario, et une flopée de fins différentes.

Mais plus que dans son intrigue particulièrement drôle, Reigns : Her Majesty puise sa force dans sa manière de faire passer un message.

I’m a woman of all ages

Reigns : Her Majesty est un jeu féministe. Attention, on ne parle pas d’un féminisme de façade qui s’illustrerait à travers deux-trois répliques lancées à la volée. Non, le féminisme de Reigns : Her Majesty se dévoile à travers vos décisions. Vous êtes une femme forte et ambitieuse, et vous avez la possibilité d’agir en tant que telle.

Faire montre de vos valeurs féministes et progressistes à une époque où les mœurs ne sont pas tendres envers les femmes vous fera emprunter un chemin différent dans la résolution de l’histoire. Libre à vous de défier l’église en refusant de céder à ses demandes de chasteté et de piété, de forger des alliances et prendre des décisions politiques dans le dos du Roi, de multiplier les amants et amantes, ou de ruser pour donner plus de pouvoirs aux femmes et satisfaire les desseins d’une mystérieuse déesse. Attention, cependant, vos choix ne resteront pas sans conséquence… Vous pourriez finir sur le bucher plus rapidement que vous ne le pensez.

Continue Reading