Le bien informé WCCF Tech rapporte que Nvidia envisage de commercialiser les déclinaisons mobiles de ses cartes RTX d’ici le printemps 2019. L’annonce officielle se tiendrait lors du prochain CES, qui comme toujours aura lieu à Las Vegas, selon les sources du site américain.

Un premier trimestre chargé

WCCF Tech est par ailleurs parvenu à mettre la main sur le line-up des puces attendues pour le premier trimestre de l’année prochaine. Devraient donc être dévoilées les puces RTX 2070 Mobility, RTX 2070 MAX-Q Mobility, RTX 2060 Ti Mobility, RTX 2060 Mobility, RTX 2050 Ti Mobility et RTX 2050 Mobility. [caption id="attachment_50094649" align="aligncenter" width="1896"] Crédit : WCCF Tech[/caption] Ces nouvelles puces sont pensées pour équiper les prochaines générations de PC portables. Là où les cartes estampillées “Mobility” se veulent plus épaisses et plus performantes, la gamme Max-Q offre des performances “moindres”, mais s’adapte plus volontiers à des laptops fins. Tout ce beau monde devrait donc avoir les faveurs de Nvidia lors du prochain CES. De son côté, WCCF Tech estime que ces nouvelles cartes mobiles seront probablement mises sur le marché dans les semaines qui suivent le salon de Las Vegas.  

Continue Reading

Des chercheurs de l’Université de Washington ont développé un système astucieux qui permet aux objets imprimés en 3D de transmettre des données sans avoir besoin d’une batterie ou même de composants électroniques. Ces informations peuvent ensuite servir à analyser la manière dont les utilisateurs de ces produits — des prothèses par exemple — s’en servent. Et surtout, s’ils s’en servent bien.

Pas d’électronique ? Pas de problème

« Est-ce que nous pouvons mettre au point une solution sans circuits électroniques qui puisse être imprimée en 3D, et qui permette à l’appareil de collecter des informations ? », s’interroge Jennifer Mankoff, professeur à la School of Computer Science & Engineering de l’université. La réponse est oui ! La principale innovation ici est l’ajout d’antennes dans les objets imprimés, elles peuvent signaler un mouvement dans deux directions. Cette solution peut trouver sa place dans un contenant de pilules, mais aussi dans des prothèses comme on le voit dans la vidéo ci-dessous. https://www.youtube.com/watch?v=I0xJk6xjfd8 Il restait à trouver un moyen de stocker le nombre d’utilisation, notamment quand l’utilisateur n’est pas couvert en Wi-Fi. Le mécanisme ingénieux trouvé par les chercheurs tient dans un ressort contenu dans un cliquet ; le ressort s’étire à chaque appui sur le bouton. Lorsque l’utilisateur accède au Wi-Fi, il peut relâcher le cliquet qui déroulera le ressort : un commutateur touchera l’antenne embarquée (chaque pression sur le bouton représente un contact avec l’antenne). https://www.youtube.com/watch?v=DWtSZaWMpsU L’équipe cherche maintenant à réduire l’encombrement de ces prototypes afin qu’ils puissent s’intégrer aisément dans des appareils imprimés en 3D.

Continue Reading

Les voies du marketing sont impénétrables, et ce n’est pas Qualcomm qui viendra les bousculer. Après le Snapdragon 800 est venu le 810, puis le 820. La machine a ensuite commencé à se dérégler puisque le Snapdragon 835 a succédé au 820, et désormais la puce qui équipe les principaux smartphones Android haut de gamme s’appelle Snapdragon 845. La prochaine génération aurait pu être baptisée Snapdragon 855, mais ce ne sera sans doute pas le cas !

Les joies du marketing

Selon WinFuture, toujours très bien renseigné, la future puce Snapdragon de Qualcomm devrait porter le numéro 8150. C’est du moins ce qu’on peut en déduire du numéro de série qui circule en coulisses : SM8150. On a pourtant vu passer un SM855 qui semblait indiquer assez clairement que nous aurions droit à un Snapdragon 855, mais enfin, les choses ont visiblement changé. Si le numéro qui suit le nom de la puce est finalement assez anecdotique, il ne faudrait pas s’attendre à un bond impressionnant dans les performances brutes. Le Snapdragon 8150 aurait ainsi une fréquence de 1,7 GHz pour chacun de ses quatre cœurs « silver », et de 2,6 GHz pour les quatre autres cœurs « gold ». Assez peu de différences finalement vis à vis du Snapdragon 845. Le changement important de cette nouvelle génération serait à chercher du côté de l’intégration d’une puce neuronale (Neural Processing Unit), qui s’ajouterait au CPU Kyo, au GPU Adreno, à l’ISP Spectra et au DSP Hexagon. On ignore par contre le nom que portera ce NPU. Suspense…

Continue Reading

Après la très efficace Mi Box 3, Xiaomi vient d’officialiser la Mi Box S. Cette nouvelle box Android TV est équipée d’un processeur GPU Mali-450, 2 Go de RAM, 8 Go de stockage, du Bluetooth 4.2, un port HDMI 2.0A, d’une sortie audio ainsi que d’un port USB 2.0. Elle est compatible en 4K à 60 images par seconde, mais aussi avec le Dolby DTS en ce qui concerne la partie sonore. L’ensemble tourne sous Android TV 8.1 et sa nouvelle interface. L’OS permet notamment de profiter du tiroir d’application, et de modifier la disposition de la page d’accueil à l’envie. La box intègre également directement Google Assistant. C’est surtout la télécommande qui a été revue. On constate la présence d’un bouton dédié à Netflix tandis que celui de Google Assistant se trouve en haut de l’appareil, sous celui de l’allumage. La Mi Box S sera disponible dès le 19 octobre 2018 aux États-Unis, à 60 dollars (soit environ 52 euros). C’est encore moins cher que le prix de la Mi Box 3 à son lancement, qui coûtait 69 dollars. Aucune date n’a été communiquée pour la France, mais les sites d’import ne devraient pas tarder à la proposer à la vente.

Continue Reading

Le meilleur processeur pour jouer

On l’oublie parfois, mais sans la maîtrise, la puissance n’est rien. C’est aussi le cas en informatique puisque les ordinateurs qui profitent de cartes graphiques dernière génération, mais qui n’ont pas le processeur adéquat ont parfois tendance à « tourner dans le vide ». Ce ne sera probablement pas le cas en ce qui concerne les nouveaux modèles présentés hier par Intel. Via sa neuvième génération et le i9-9900K, le constructeur a assuré avoir créé « le meilleur processeur pour jouer au monde ». Ce dernier, cadencé à 3,6 GHz peut-être unlocké et élevé jusqu’à 5 GHz. Avec ses huit cœurs (et 16 threads), le processeur peut ainsi se vanter d’être plus performant que le 8700K qui délivrait jusqu’à aujourd’hui des performances épatantes. C’est en tout cas ce qu’Intel a annoncé. Pour se le procurer, comptez entre 450 et 500 dollars pièce pour une disponibilité dès le 19 octobre prochain. Deux autres modèles ont également été présentés : le i7-9700K, un modèle pourvu de huit cœurs, débloqué, cadencé à 3,6 GHz et pouvant aller jusqu’à 4,9 GHz, mais aussi le i5-9600K et ses six cœurs avec une vitesse de base de 3,7 GHz et pouvant monter jusqu’à un potentiel 4,6 GHz. Comptez environ 370 dollars pour le premier et 260 dollars pour le second.

Machines de guerre

Intel a également profité de la conférence pour enrichir son offre en ce qui concerne sa gamme X Series qui se compose de processeur très haut de gamme. On a ainsi pu faire la connaissance du i9-9980XE qui bénéficie de 18 cœurs (36 threads !) et qui tourne à environ 4,5 GHz en mode boosté. Malheureusement, il faut débourser près de 2 000 dollars pour se le procurer. Le plus abordable reste le i9-9800X et ses huit cœurs, doté d’une fréquence de base de 3,8 GHz et qui peut aussi grimper jusqu’à 4,5 GHz. Pour ce dernier, le prix annoncé est d’environ 590 dollars. Ces modèles seront disponibles « plus tard dans l’année ». Un dernier modèle, le processeur Intel Xeon W-3175X a été teasé. Ce dernier, qui n’a pas encore de date de sortie, est bien parti pour « révolutionner » le marché du très haut de gamme avec pas moins de 28 cœurs et 56 threads (à l’instar du Core i7-8086K sorti en juin dernier). Cadencé, de base, à 3,1 GHz, le W-3175X pourra être boosté jusqu’à 4,3 GHz et délivrer des performances extraordinaires. Intel a confirmé que le processeur devrait être proposé à la vente d’ici la fin de l’année (probablement décembre), mais n’a pas annoncé de prix. Si l’on en croit ses caractéristiques, il faudra vider plusieurs plans épargnes pour se l’offrir.

Continue Reading

Le marché du gaming ne s’arrête pas aux périphériques et aux PC. C’est tout un écosystème qu’il faut optimiser afin d’obtenir les meilleures performances, celles qui permettent de briller contre les joueurs du monde entier. Razer s’attaque donc au routeur, un élément stratégique d’une bonne configuration de gamer, mais souvent mis de côté.

Un c’est bien, deux c’est mieux

Le Sila se présente donc comme un routeur Wi-Fi 2,4 et 5 GHz tri-bandes, optimisé pour les jeux, mais aussi pour le streaming et le téléchargement. Le boîtier, qui se configure via une application mobile, fonctionne avec un moteur maison, Razer FasTrack. Ce dernier gère intelligemment le trafic web ; cette technologie « apprend » et s’adapte aux besoins de l’utilisateur afin de prioriser l’accès selon les appareils et les applications. Les utilisateurs de PlayStation, Xbox et Switch bénéficieront de la fonction de détection, ce qui leur facilitera la vie au moment de la configuration. FasTrack sait également prioriser la bande passante pour le jeu en ligne. Autre innovation intéressante, le ZeroWait DFS qui permet de maintenir la vitesse du Sila pour les applications gourmandes : pas de latence ni de déconnexion, promet Razer. La tendance du moment dans les réseaux Wi-Fi domestiques, c’est le maillage : en plaçant des satellites partout dans la maison, on couvre le maximum de surface. Il est possible de combiner deux Sila afin d’obtenir une couverture qui peut aller jusqu’à 558 m2. Le routeur intègre 4 ports Gigabit Ethernet et deux ports USB (2.0 et 3.0). Son prix est de 300 €.

Continue Reading

Le m15 ne gagnera sans doute pas de concours de beauté mais on ne peut que saluer l’effort, avec l’apport de surfaces en alliage de magnésium et la touche de couleur (deux coloris disponibles : agent et rouge) qui complètent le design industriel de ces portables. Alienware vante par ailleurs des machines légères et fines, du moins autant que possible pour des ordinateurs de 15 pouces.

Portable et puissant

Après tout, les joueurs aussi ont droit à la portabilité ! Dans ce domaine, le constructeur fait fort effectivement avec une épaisseur de 2,1 cm et un poids de 2,16 kg. Cette nouvelle gamme s’offre un clavier mSeries avec des touches « anti ghosting » (elles prennent en compte les appuis simultanés) dont la course est de 1,4 mm. Toujours en termes de design, le m15 intègre quatre zones Alien-FX suffisamment puissantes pour éclairer la pièce dans laquelle on joue ; 150 titres sont compatibles avec cette technologie. https://www.youtube.com/watch?v=-ncCFgsIOEc&feature=youtu.be Le m15 se décline en trois versions, toutes de 15,6 pouces : deux écrans d’une résolution de 1.920 x 1.080 à 60 Hz ou 144 Hz, et un écran de 3.840 x 2.160 à 60 Hz. On pourra choisir entre trois processeurs Intel dont des Core i5 et i7 Coffee Lake, deux GPU (des GeForce GTX 1060 OC ou 1070 Max-Q), de 8 à 32 Go de RAM et plusieurs configurations de stockage. En option aussi, une batterie plus puissante de 90 Wh qui offre jusqu’à 17 heures d’autonomie. Ces machines seront proposées à partir du 25 octobre, à partir de 1.699 euros.

Continue Reading

Il n’y a plus que quelques semaines à attendre avant que ne débute « Made by Google », la conférence qui permet au géant de la high-tech de présenter ses nouveautés. Si on sait déjà beaucoup de choses en ce qui concerne les smartphones Pixel 3 et Pixel 3 XL, d’autres produits feront leur apparition. Des indices dans le code Chromium avaient permis de constater que deux nouvelles machines sous Chrome OS étaient attendues. Parmi elles, une tablette dont le nom de code était « Nocturne », qui est restée relativement confidentielle. Cependant le site About Chromebooks a réussi à récupérer des clichés de cette dernière via la publication de deux claviers dédiés de marque Brydge. Il faut donc prendre en compte que le clavier est un élément additionnel et ne sera pas intégré lors de la vente. Ces rendus, qui ne sont pas définitifs, laissent entrevoir un lecteur d’empreinte située sur la tranche supérieure, mais également un port USB Type-C sur la tranche gauche. Un second port USB Type-C devrait être présent sur celle de droite. Il faudra néanmoins attendre le 9 octobre prochain pour confirmer ces informations.

Continue Reading

Hier, le géant américain de l’e-commerce s’est fendu d’un évènement pour mettre en avant la palanquée d’objets et gadgets connectés qu’il a dans les cartons. Et force est de constater que quatre ans après ses premiers mots, Alexa a bien muri et a réussi à se dénicher une petite place dans à peu près tous les accessoires d’Amazon. Qui plus est, Amazon ne cherche plus simplement à conquérir votre foyer à l’aide de ses enceintes, et s’intéresse désormais à votre cuisine, votre voiture et même vos prises électriques.

La cuisine comme terrain de jeu

Faire en sorte que son assistant vocal contrôle son enceinte, c’est bien. Faire en sorte que son assistant vocal contrôle un micro-ondes connecté, c’est mieux. Ainsi, à travers sa division AmazonBasics, le géant américain lance un nouveau four à micro-ondes doté d’un “Alexa Connect Kit” flambant neuf. Ce kit contient un module Wi-Fi et Bluetooth qui permet de connecter l’appareil aux terminaux Echo, et par conséquent, aux services Cloud gérés par Amazon. Le but de la manœuvre étant, bien évidemment, de vous faciliter la vie quand vous cuisinez. Le micro-ondes intègre une douzaine de commandes vocales différentes pour autant de type de cuisson. Vous pouvez par exemple demander à Alexa de réchauffer un plat pendant 5 minutes à température moyenne. Ah, et pour rassurer les sceptiques, Amazon précise que le micro-ondes n’embarque pas de micro, et s’abstiendra donc de vous espionner. Vendu 59,99 dollars, le micro-ondes AmazonBasics sera livré dans les prochains mois.

Prise de tête

Vu qu’Amazon ne pouvait pas décemment mettre Alexa dans l’intégralité de votre électroménager, cela aurait commencé à se voir, l’entreprise a eu l’idée de développer l’Amazon Smart Plug. Comme son nom le laisse deviner, cette “prise intelligente” se branche entre votre prise murale, et celle d’un appareil donné, tel qu’un grille-pain ou une cafetière. Connecté via Wi-Fi à une enceinte Echo, l’Amazon Smart Plug vous permet de contrôler, à l’aide de la voix, l’alimentation de l’appareil auquel il est rattaché. Ça arrive en octobre et on peut déjà le précommander pour 24,99 dollars. Vous avez un smartphone, un ordinateur, peut-être même une montre connectée, mais est-ce que vous avez… Une horloge murale connectée contrôlable grâce à Alexa ? Non, et Amazon s’en doutait. Arrive donc l’Amazon Echo Wall Clock, une horloge qui, comme le micro-ondes, se connecte à une enceinte Echo à l’aide du Bluetooth. Ne vous attendez pas non plus à des folies puisqu’ici, Alexa vous permettra de régler l’heure ou programmer une alarme. Pas encore de date de sortie, mais déjà un prix : 30 dollars.    

En voiture Alexa !

Vous pensiez prendre la voiture pour fuir la présence envahissante d’Alexa dans votre doux foyer ? Erreur. Amazon a aussi pensé à intégrer son assistant vocal dans les véhicules grâce à Echo Auto.   Cet accessoire se branche sur l’allume-cigare, se connecte à Internet via votre smartphone, et diffuse sa voix sur les haut-parleurs du véhicule en s’y connectant soit via le Bluetooth, soit à l’aide de sa prise jack 3,5 mm. Outre les commandes habituelles d’Alexa, vous pouvez demander à l’Echo Auto de vous fournir des informations sur votre trajet. Ce dernier vous renverra alors sur l’application de navigation de votre choix (Apple Maps, Google Maps, Waze). [shortcode_jdg_read_also label=”Amazon lance une nouvelle gamme Echo avec les Echo Dot, Echo Plus et Echo Sub en France” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/09/21/amazon-lance-nouvelle-gamme-echo-echo-dot-echo-plus-echo-sub-france/” width=”1/1″ /] Echo Auto sera d’abord disponible sur invitation, au prix de 24,99 dollars, avant d’arriver d’ici la fin de l’année sur les étals pour 49,99 dollars. [content-egg-block template=offers_grid]

Continue Reading

Oui vous avez bien lu, cette petite nouveauté ne concerne pour le moment que les futures cartes GeForce RTX 2080, toujours attendues pour le 19 septembre prochain. Baptisé Nvidia Scanner, ce logiciel permet d’overclocker sa carte en un seul clic et une vingtaine de minutes.

Une solution à un procédé qui peut paraître compliqué

En effet, le logiciel se charge de toutes les analyses et vérifications, avant d’exécuter une charge conséquente de tâches afin de tester les limites de la carte. Il surveille par exemple le voltage de la carte afin de détecter toute erreur ou défaillance. Quid des possesseurs de cartes plus anciennes nous direz-vous ? Sans donner plus de précisions, Nvidia a fait savoir qu’il prévoyait d’adapter Scanner à ses générations précédentes.  

Continue Reading