En cette année 2014, les traqueurs d’activité sont à la mode et il y en a pour tous les goûts. Avec la multiplication des acteurs sur le marché, certains ont choisi d’investir dans l’entrée de gamme. Et quand on parle d’entrée de gamme, on est loin des 79€ des premiers Fitbit. Jawbone et Misift propose chacun un traqueur d’activité pour la modique somme de 49€ (Fitbit a baissé ses prix depuis). Et autant vous le dire de suite, pour ce prix là, ils font très bien ce à quoi ils sont destinés.

Si vous êtes encore à la recherche d’un cadeau sympa pour les fêtes de fin d’année, les Misfit Flash et Jawbone Up Move petits traqueurs pourraient bien faire l’affaire, surtout si vous entrez dans le monde des traqueurs d’activité et dans lequel vous n’avez pas forcément envie d’investir plus de 50€.

jawbone-vs-misift-live-01

Lire la suite..

Continue Reading

Cette semaine, Warner et DC ont annoncé leurs plans pour les années à venir. Au menu, 10 films dédiés aux super-héros de la firme. DC va enfin pouvoir développer son univers cinématographique à la Marvel, demandé à cor et à cri par les fans depuis des années. Après l’annonce de ce planning, des réactions très différentes sont apparues sur Internet. Certains sont aux anges, d’autres pestent contre ce programme qui sent bon les films de producteurs quand certains déplorent même la séparation des univers TV et cinématographiques.

Dans cette chronique, nous allons revenir sur la construction de cet univers et sur ses déboires, car il y en a, et également sur les espoirs des fans et ce sur quoi ils peuvent s’attendre. Bien entendu, chacun à son avis sur la question et nos déclarations n’engagent que nous.

BN-CL822_justic_G_20140421184947

Le début d’un univers cinématographique Marvel donne une nouvelle vision du film de super-héros

Les films de super-héros existent depuis des décennies. Mais les choses ont commencé à s’accélérer à la fin des années 90 et au début des années 2000. DC et Marvel n’ont pas commencé sur le même pied d’égalité. DC appartient en effet à Warner Bros et les licences cinématographiques restent à la maison. Pour Marvel, c’est une autre histoire. En mauvaise posture financière au milieu des années 90, la Maison des Idées a vendu quelques licences à des maisons de production Hollywoodiennes. Ainsi, les films Spider-Man sont produits par Sony, les films X-Men à la Fox, etc. Pour mieux comprendre ces questions de droit, voici une petite infographie :

DnXShSd

Si Marvel a réussi à récupérer quelques personnages aujourd’hui (Daredevil, The Punisher, Ghost Rider), les nouveaux films Spider-Man, Fantastic Four et X-Men sont des reliques de cette époque. Des personnages et des licences que Marvel ne peut utiliser dans son univers cinématographique aujourd’hui. Parfois, ces histoires de licences causent même un sacré bordel. Par exemple, les personnages de Scarlet Witch et de Quicksilver, tiraillés entre les Avengers et X-Men, ont été au centre d’un mélodrame l’an passé (ici et ).

En 2005, Marvel Studios annonce la mise en place de nouveaux films produits par ses soins avec l’aide de Paramount. Un plan qui donnera naissance au premier film Iron Man et à tout l’univers cinématographique qui s’ensuit. Le rachat de Marvel par Disney en 2010 est une aubaine pour la maison des idées, qui peut alors donner libre cours à tous ses projets sous la houlette de Mickey. La firme de Walt laisse en effet une totale liberté créative à Marvel, à la manière de Pixar. Pendant cette période, l’univers cinématographique DC n’est même pas encore né.

Copie de Marvel ?

Bien entendu, le monde super-héroïque, avec ses cross-overs, ses séries qui se recoupent et ses spin off se prête bien au principe de l’univers cinématographique. Et DC ne pouvait laisser passer sa chance. Alors la production a confié à Zack Snyder une mission : poser les bases de cet univers avec Man of Steel. Un film fondateur, qui a certes divisé les fans, mais qui doit donner le ton pour les dix prochaines années dans l’univers des super-héros DC.

Et DC ne perd pas de temps, puisqu’en juillet 2013, soit un mois après la sortie de Man of Steel dans les salles, elle annonce Batman v Superman.

La suite, vous la connaissez. Cette semaine, Warner a levé le voile sur ses prochaines grosses production. Voici la liste des films si vous l’avez manqué :

2016 : Batman v Superman
2016 : Suicide Squad
2017 : Wonder Woman
2017 : Justice League Part 1
2018 : The Flash
2018 : Aquaman
2019 : Shazam
2019 : Justice League Part 2
2020 : Cyborg
2020 : Green Lantern

10 films en cinq ans ! Tout un programme ! Mais ce n’est pas tout, puisque Warner a également précisé que Batman et Superman auront aussi droit à des films solos pendant cette période.

tumblr_mya53hvddR1t8wx22o1_500

Une stratégie sur le long terme qui se différencie un peu de celle de Marvel. La Maison des Idées n’a en effet jamais donné de détails sur le futur de sa saga au delà de deux ou trois films. Certes, nous savons que les films Avengers donnent le cap aux différentes phases, mais pour ce qui est des films en solo, rien n’est officiel plus de deux ans à l’avance. Cependant, Marvel n’avance pas à l’aveuglette, puisque les dates de sortie des prochains blockbusters sont déjà réservées. Kevin Feige, le boss de Marvel Studios, sait exactement de quoi demain sera fait.

Le boulet Dark Knight

Voilà. DC a donc annoncé la couleur et l’univers cinématographique est aujourd’hui bel et bien une réalité. Cependant on peut se poser la question quant à la viabilité de cette stratégie. Les films de super-héros, c’est bien, c’est fun, c’est distrayant. Mais quand tous les studios s’y mettent, cela donne plus de cinq films de ce style par an. DC arrive-t-il trop tard dans ce domaine, à un moment où ces films commencent peut-être déjà à lasser. C’est possible. Quoiqu’il en soit, la maison de production ne pouvait pas faire autrement. Pourquoi ? Tout simplement à cause du boulet Dark Knight.

2994504-2994502-shocked+batman+reaction+meme

La trilogie Dark Knight, aussi bonne soit-elle, donnait l’impression d’être une véritable épine dans le pied de Warner. Nolan a construit son univers, nous a dévoilé SON Batman, réaliste, crédible, très éloigné d’un univers où les mecs en collants se baladent tous les jours dans la rue. Au début des années 2000, la production de Batman Begins a débuté alors même que l’idée d’un univers cinématographique était encore un concept abstrait. Nolan a ensuite continué et achevé sa saga en 2012, alors que Marvel terminait la première phase de son plan avec Avengers.

DC n’a donc pas attendu pour tout remettre à plat, comme si la firme n’avait qu’une envie, en finir avec The Dark Knight. Moins d’un an plus tard, Man of Steel est arrivé sur les écrans. Une précipitation qui donne réellement l’impression que DC veut à tout prix faire du Marvel, et c’est dommage. Certaines rumeurs ont même émis l’idée d’incorporer la trilogie Dark Knight dans cet univers. Mais nous savons tous que cela est impossible, le ton des films étant très différent du Man of Steel de Snyder.

Les cas Arrow et Flash

De même, les questions des séries télévisées sont restées en suspend pendant un long moment. Puis, la nomination cette semaine d’Erza Miller dans le rôle du bolide écarlate a mis fin à tous les espoirs des fans, même si Warner avait auparavant plusieurs fois répété qu’il n’allait pas lier TV et ciné.

Même pas en rêve

Même pas en rêve

Arrow a été lancé en septembre 2012 et The Flas il y a à peine quinze jours. Et depuis deux ans, Stephen Amell, l’acteur jouant Oliver Queen, fait des appels du pieds à Warner pour faire partie du projet. Malheureusement pour lui, la firme ne l’a pas écouté et Green Arrow de CW ne pointera jamais le bout de son arc dans un film Superman ou Batman.

Une stratégie que beaucoup de fans ont du mal à accepter. Marvel est sur tous les fronts avec ses films et ses séries (Agents of SHIELD, Agent Carter, Daredevil) et toutes les créations partagent un univers commun. Ce n’est pas le cas de DC et de Warner.

Pour Warner, il y a bien deux univers différents. De quoi perdre le spectateur peu habitué à différentes versions de personnages, au concept de multiverse et à toutes ces considérations du genre ? Fort possible. Nous devons admettre que parfois, nous avons un peu de mal à suivre la stratégie de la maison de production. Par exemple, le film The Flash arrive en 2018. Si la série est un succès (et c’est bien parti pour, vu l’engouement des spectateurs), les fans seront-ils prêts à troquer leur chouchou Grant Gustin par un nouvel interprète ?

Il reste tout de même un infime espoir qui affole les forums. Rien ne dit que le film Flash mettra en scène Barry Allen. Il se peut qu’en réalité, Jay Garrick ou Wally West se cache derrière le masque et que le tout se fasse dans la continuité de la série. Mais il ne faut pas trop rêver non plus.

Screenshot_3

Idem, DC a lancé cette saison Constantine et Gotham. Si l’univers du premier est assez particulier et peut aisément se détacher du reste de l’univers DC, le cas de Gotham risque de perdre des spectateurs en route. Car non, Gotham ne raconte pas les aventures du futur Gordon de Batman v Superman. Non, le jeune Bruce Wayne n’est pas le Bruce de Ben Affleck.

Pourtant, un tel cloisonnement peut avoir ses avantages. Par exemple, une plus grande linéarité dans la façon de construire l’univers. Pas besoin de se taper les films plus les séries pour tout explorer, les longs-métrages suffisent. De même, cette stratégie permet de donner plus de libertés aux scénaristes. Ainsi, ils peuvent mener leurs personnages où bon leur semble sans se soucier des autres productions qui devront faire avec ces événements. Une liberté qu’ont, petit à petit, perdu les scénaristes de Marvel, eux qui doivent se confronter à un cahier des charges très strict.

Et puis, si Arrow est inclut dans l’univers ciné DC, cela signifie que ce même univers a démarré avec Arrow de CW, et avec Man of Steel. Et ça, ça fait quand même mal pour les fans de DC.

Superman Lives ou la tentative avortée de création d’un univers ciné

Pourtant, DC est moins en retard qu’on ne le pense par rapport à Marvel. En effet, la production a déjà tenté de donner vie à un embryon d’univers ciné dans les années 90.

Après Batman Le Défi, Tim Burton a commencé à travailler sur un troisième volet de sa saga Batman. Warner, constatant que son univers sombre n’attirait plus les foules, a finalement décidé de confier le projet à Joel Schumacher, ce qui donna le top départ de la période colorée et cartoonesque de Batman au cinéma. Après Mars Attacks, Burton est cependant rappelé pour travailler sur un reboot de Superman.

Superman Lives est alors écrit par Kevin Smith et Burton travaille pendant plus d’un an sur ce film. Nicolas Cage est embauché pour jouer le rôle du kryptonien. Un film qui aurait pu lancer l’univers DC, puisque Burton voulait y faire apparaître Batman en caméo !

Superman-Lives-criticsight-imagen-nicolas-cage-41

Mais le budget pharaonique du film a finalement calmé les ardeurs de Warner, qui a mis un clap de fin au projet. La suite, on la connaît. En lieu et place du reboot, une suite directe à Superman 2 a été réalisée par Bryan Singer en 2006 : Superman Returns.

Pourtant l’idée d’un film réunissant Batman et Superman a fait son petit bout de chemin dans la tête des producteurs. Le projet, lancé puis abandonné au début des années 2000, a bien été considéré. On se souvient également de l’affiche cachée dans Je Suis une Légende, clin d’œil très apprécié par les fans de DC à l’époque. Batman v Superman n’est finalement que l’aboutissement de ce projet en gestation depuis presque vingt ans.

Superman-Batman-I-Am-Legend-600x400

À quoi s’attendre ?

Après ces années de péripéties, Warner a donc réussi à mettre tout à plat pour lancer son univers DC au cinéma. Un univers chapeauté par Zack Snyder, qui a déjà travaillé sur une autre adaptation DC réputée inadaptable : Watchmen.

zack-snyder-at-the-berlin-001

Pourtant, le lancement de cet univers pose des questions. Warner ne met-il pas la charrue avant les bœufs ? Par exemple, l’annonce d’un film Green Lantern dans six ans, sans réalisateur, ni acteur principal, pue à quinze kilomètres le film décidé de A à Z par des producteurs en costume dans un bureau d’Hollywood. N’ont-ils pas appris de leurs erreurs après le Green Lantern de 2011 ? On a l’impression que cette stratégie ne va pas donner les rênes à des réalisateurs pour qu’ils concrétisent leur vision.

Une stratégie qui rappelle celle de Marvel par certains égards. Prenons l’exemple d’Ant-Man. Edgar Wright a travaillé pendant des années sur le sujet. Malheureusement, sa vision n’a pas du tout convaincu les producteurs de Marvel Studios et les deux parties ont finalement décidé de mettre fin à l’aventure. Wright prenait en effet trop de libertés avec le MCU et entrait en contradiction avec la vision des pontes de Marvel. La production étant lancée, la firme a confié le bébé à Peyton Reed. Ant-Man se fera coûte que coûte, quel que soit le réalisateur.

Pourtant, il peut y avoir des petits miracles. Les Gardiens de la Galaxie, de James Gunn, en est le parfait exemple. Petit génie venant de chez Troma, Gunn a su construire son propre projet tout en restant dans les clous imposés par Marvel. De même pour les frères Russo avec Captain America 2.

groot

Il reste donc de l’espoir.

Warner a de quoi faire

Avec l’univers DC, Warner a de l’or entre les mains. S’apparentant plus à une mythologie moderne qu’à un univers de super-héros, le monde de DC peut véritablement donner quelque chose de cool sur grand écran, s’il n’est pas transformé en plomb.

Cependant, Warner ne met pas tous ses œufs dans le même panier. La firme aimerait en effet construire plusieurs univers ciné avec ses licences. On sait déjà que le monde d’Harry Potter va être étendu dans l’avenir. De même, l’univers de la Terre du Milieu est déjà bien développé avec cinq films, et on vous parie un paquet de Granola qu’une adaptation du Silmarillon sera annoncée dans moins de cinq ans. Une telle poule aux œufs d’or doit être exploitée, si l’on suit la logique Hollywoodienne actuelle. Notons également qu’une saga sur le Roi Arthur est aussi en préparation.

the_hobbit_ed356ad97bae9d27ff57d8004a3d61e6

Nous attendons donc avec impatience Batman v Superman. Car c’est un film fantasmé depuis des années, déjà, mais de plus, il donnera le ton pour les années à venir et sera réellement fondateur pour les autres héros (dont beaucoup apparaîtrons dans le film). L’objectif ultime ? Un diptyque Justice League qui sera le geekasme absolu pour tous les fanboys DC (dont je fais partie, vous l’aurez deviné). Et vous, attendez-vous ces films ? Ou bien préférez-vous l’univers Marvel déjà plus construit, plus solide ? Au contraire, est-ce que les films de super-héros commence à vous gaver sévère ?

Continue Reading