[caption id="attachment_50093510" align="aligncenter" width="1399"] Rendu d’artiste / Crédits : Joseph Dumary[/caption] Le succès de la PlayStation 4 a convaincu Sony que les consoles de salon étaient loin d’être enterrées. Il ne fait donc aucun doute que la firme japonaise travaille activement sur sa prochaine machine. Comme avec le marché des smartphones (ou la high-tech en général), les brevets déposés par ces géants du milieu nous donnent des indices sur les pistes explorées. Certains d’entre eux n’ont pas manqué de piquer notre curiosité. L’un deux, nommé « remastering by emulation », consiste à améliorer les graphismes d’un jeu déjà sorti, notamment en les upscalant au niveau des standards de notre époque. Une idée qui n’est certes pas nouvelle puisque c’est le lot de nombreux émulateurs, mais qui laisse peut-être entendre que la nouvelle console pourrait être compatible avec de nombreux anciens titres. L’idée semble avoir fait son petit bout de chemin, car un brevet évoque également la remasterisation du contenu sonore. [caption id="attachment_50093513" align="aligncenter" width="1396"] Crédits : Joseph Dumary[/caption] Ne nous réjouissons pas trop vite. Ces documents ne veulent pas forcement dire que la PS5 sera rétro compatible avec tous les titres sortis depuis des années. D’autant plus que la pratique des anciens jeux a déjà été considérée comme trop faible pour être économiquement intéressante par Sony. Cela n’empêche pas les studios de ressortir pléthore de rééditions chaque année. Ce système pourrait donc être un moyen de proposer plus facilement ces rééditions. Si cela s’avérait gratuit, Sony marquerait un très bon point auprès des joueurs. Mais on en doute. [caption id="attachment_50093514" align="aligncenter" width="1400"] Crédits : Joseph Dumary[/caption] Un autre brevet repéré par GearNuke nous interpelle. Publié le 27 septembre dernier, il se nomme “Compensation du frame rate vidéo via rafraîchissement vertical”. Un titre qui semble indiquer que la prochaine console de Sony sera compatible avec le V-Sync, c’est-à-dire la synchronisation verticale. Le brevet a été déposé par Roderick Colenbrander, directeur de l’ingénierie système chez PlayStation. Ce système déjà connu permet de stabiliser le nombre d’images par seconde d’un jeu par rapport au taux de rafraîchissement de l’écran. Idéal pour rester à 60 fps constamment, mais plutôt gourmand en termes de ressources. La prochaine console de Sony pourrait donc exploiter cette technique afin de profiter de jeux encore plus fluides. Ces brevets prouvent en tout cas que les ingénieurs de la firme s’activent en coulisse pour avoir quelque chose à proposer dans les années à venir.

Continue Reading

Alors qu’ils travaillaient sur une carte géante détaillant la composition et le fonctionnement d’une enceinte Amazon Echo, Kate Crawford et Vlandab Joler ont fait une découverte étonnante parmi les brevets du géant de l’e-commerce. Les deux chercheurs du laboratoire Share Lab sont ainsi tombés sur le brevet américain n° 9 980 157, obtenu par Amazon en 2016.

L’illustration de l’aliénation au travail

Ce dernier illustre le concept d’une cage métallique et, semble-t-il, mobile censée accueillir un employé d’entrepôt. Si l’on en croit le schéma, cette cage pourrait aussi bien aider son occupant à saisir les colis les plus haut perchés, que le protéger en cas de chute d’un carton. [shortcode_jdg_read_also label=”Amazon imagine un drone auto-destructeur” url=”https://www.journaldugeek.com/2017/12/10/amazon-imagine-un-drone-auto-destructeur/” width=”1/1″ /] “Le travailleur devient un rouage d’un ballet mécanique, tenu droit dans une cage qui dicte et contraint ses mouvements, estiment Kate Crawford et Vlandan Joler. Le brevet américain n° 9 980 157 illustre de façon extraordinaire l’aliénation des travailleurs, un tournant décisif dans la relation entre les humains et les machines.”

“Une mauvaise idée déposée”

Vieux de deux ans, ce brevet n’a pas pour autant été utilisé par Amazon pour ses usines. Publié par le journal Boston Herald, le dessin du brevet a évidemment suscité une levée de boucliers sur les réseaux sociaux. https://twitter.com/davehclark/status/1038231128644050944 Amazon, à travers la voix de Dave Clark, responsable des opérations de l’entreprise, a expliqué sur Twitter que “parfois, même de mauvaises idées sont soumises pour des brevets. Celui-ci n’a jamais été utilisé et nous n’avons aucune intention de le faire. Nous avons mis au point une bien meilleure solution, un petit gilet que les employés peuvent porter et qui empêche les unités robotisées situées à proximité d’eux de bouger.” https://twitter.com/AmazonFCRick/status/1039252001438289921 Plusieurs internautes, employés par Amazon dans ses entrepôts sont également venus à la rescousse de leur employeur sur les réseaux sociaux.

Continue Reading

Il vaut mieux éviter de lire l’avenir d’Apple dans ses brevets : le créateur de l’iPhone est particulièrement prolifique en la matière et rien ne dit qu’un brevet déposé aujourd’hui se retrouvera dans un appareil Apple demain. Malgré tout, on ne peut s’empêcher d’imaginer ce à quoi pourrait ressembler une partie de l’avenir de l’automobile […]

Continue Reading

Une technologie, aussi innovante soit-elle, ne sert pas à grand chose si elle est mal employée. D.J. Koh, le chef de la division mobile de Samsung, ne dit d’ailleurs pas autre chose : interrogé à l’occasion du MWC, le dirigeant a expliqué en substance qu’il ne cherchait plus l’innovation pour l’innovation. « Nous avons été […]

Cet article Samsung : un nouveau brevet pour un smartphone pliable est apparu en premier sur Journal du Geek.

Continue Reading