[caption id="attachment_50012803" align="aligncenter" width="640"] Wikimedia Commons[/caption] Cette fois, c’est pour bientôt. Elon Musk a confirmé sur Twitter que la fonctionnalité “dashcam” était en phase finale de test et serait proposée sur la version 9 du logiciel Tesla. Si les voitures de la firme sont équipées de huit caméras, elles ne servent en effet pour l’instant qu’à faire fonctionner l’Autopilot. À l’heure actuelle, les propriétaires ne peuvent donc pas récupérer ces images pour s’en servir de preuves en cas de collision avec un autre véhicule par exemple. [shortcode_jdg_read_also label=”Elon Musk pense pouvoir fabriquer des Tesla à 25 000 dollars d’ici trois ans” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/08/20/elon-musk-pense-pouvoir-fabriquer-tesla-a-25-000-dollars-dici-trois-ans/” width=”1/2″ /] Avec la nouvelle dashcam, ils pourront désormais récupérer des séquences vidéos de leurs trajets. Ne reste qu’à découvrir à quelle variété de flux ils auront accès. Faudra t-il sélectionner une caméra précise ? Ou l’utilisateur pourra-t-il récupérer les flux de l’ensemble des caméras présentes ? Nous le saurons bientôt. La version 9 du logiciel de Tesla devrait en effet sortir d’ici la fin du mois de septembre. À noter que cette fonction d’enregistrement ne sera disponible qu’en bêta sur la version 9 mais devrait être améliorée d’ici la version 9.1. https://twitter.com/elonmusk/status/1041826260115120128?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1041826260115120128&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.theverge.com%2F2018%2F9%2F18%2F17874566%2Ftesla-dash-cam-version-9

Continue Reading

Renault ne veut pas manquer le virage de la voiture autonome. Et veut faire savoir à ses clients que c’est un sujet de premier ordre pour l’avenir de la société française. C’est ce qui explique pourquoi le constructeur avait invité la presse à la fin de l’année dernière pour prendre le volant de son premier prototype – Symbioz – et dévoilé en mars dernier EZ-Go, son concept car imaginant ce que pourrait être le taxi/Uber de 2030. Après la voiture grand public et les transports en commun, Renault s’attaque à une nouvelle problématique : le transport de marchandises auprès du client final. Autrement dit, ce que pourrait être le fourgon du futur. Pour Renault, ce fourgon du futur sera électrique, connecté, autonome et partagé. Des buzzwords tout ce qu’il y a de plus classiques quand on aborde la voiture autonome des années 2020, mais qui prennent toutefois vraiment du sens lorsqu’ils sont expliqués par Renault.

Le fourgon professionnel de 2030

Soyons concret, qu’est-ce que le EZ Pro ? C’est une plateforme dotée de quatre roues, Renault les appelle RoboPod, électrique et autonome, sur laquelle est posé un container. Renault a imaginé trois types de containers : un de grand volume (12 m³), un autre contenant de multiples casiers et un dernier qui pourrait se transformer en boutique éphémère. L’idée, c’est que les entreprises utilisent la base à quatre-roues pour mettre des containers différents en fonction de leur besoin. Un artisan pourrait utiliser tout aussi bien le grand volume pour y ranger ses outils et escabeaux tandis qu’Amazon utiliserait celui avec des casiers pour livrer les colis de ses clients. Si les RoboPods sont autonomes et savent à l’avance où ils doivent se rendre pour effectuer leur livraison, ils sont toutefois encore sous la surveillance d’un humain. Attention, on ne parle pas ici d’un bête livreur, mais d’un « concierge ». Ce dernier dispose en effet d’une interface qui lui permet de garder en permanence un oeil à ses quatre RoboPods en vadrouille, mais il a aussi pour rôle de livrer les colis en main propre quand il s’agit de cargaison de valeur ou de les monter dans les étages. C’est à la fois un livreur, un technicien, un surveillant voire un vendeur quand le RoboPod embarque une boutique.

Un design futuriste remarquable

Le plus remarquable sur ce EZ Pro est sans conteste son design. Avec ses roues enchâssées dans un cube, ses lignes résolument futuristes (qui ne sont d’ailleurs pas sans rappeler l’esthétique de Cyberpunk 2077) ou sa carrosserie métallisée, il possède tous les attributs de ce que l’on peut attendre d’un véhicule du futur. Est-ce que ses roues, particulièrement basses, passeront les pavés parisiens de la rue des Champs Élysée ? J’en doute. Mais il s’agit là avant tout d’un concept car, et les designers de Renault ont eu le champ libre pour se faire plaisir. Et ça se voit. Il ne faut en effet pas oublier que EZ Pro a été imaginée comme le fourgon que l’on devrait voir dans nos rues en 2030. D’ici là, Renault pense que ce type de véhicule aura une autonomie de 300 km environ et pourra être rechargé très rapidement grâce à des bornes de recharge par induction. Ce n’est que dans 12 ans, finalement, et je dois bien admettre que je suis assez pressé de voir ça de mes propres yeux. [gallery link="file" ids="50089854,50089853,50089852,50089851,50089850,50089849,50089848,50089847,50089846,50089845,50089844,50089843,50089842,50089841,50089840,50089839"]

Continue Reading

Mercedes-Benz a sa petite idée de l’avenir des transports urbains. L’Urbanetic n’est pas à proprement parler un véhicule, c’est plus une très grande planche de skate sur laquelle peut reposer une sorte de mini-bus (jusqu’à 12 personnes peuvent y prendre place) ou une remorque (10 mètres cube).

Un véhicule à tout-faire avec un design bien à lui

Puisqu’il est électrique et autonome, l’Urbanetic n’a pas besoin d’un chauffeur : il saura déposer ses passagers ou sa marchandise là où il le faut. Cette vision du futur des transports est intéressante, en particulier ce concept d’une plateforme sur laquelle on peut installer le module désiré. Après, on espère que les villes ne seront pas envahis par ce véhicule spécifique : le constructeur a lourdement investi dans un design agressif qui fait un peu peur ! https://www.youtube.com/watch?v=QnFvPCDj6UI Les voyageurs pourront évidemment utiliser une application mobile pour « appeler » l’Urbanetic le plus proche, à la manière d’un Uber. Mercedes-Benz a même imaginé une numérotation verte bien lisible pour trouver son véhicule. La présentation de l’Urbanetic intervient alors que le constructeur va lancer un nouveau SUV électrique, l’EQC, qui sera commercialisé d’ici deux ans.

Continue Reading

Du système d’accès et d’ouverture sans clé des véhicules, Tesla est l’un des pionniers. Une innovation reprise depuis par bon nombre de ses pairs, à l’instar de Renault ou Volkswagen. Pourtant, le chef de file n’est pas toujours le mieux loti en matière de sécurité.

Vol d’identité

Un groupe de chercheurs officiants à l’université KU Leuven, en Belgique, vient de présenter un rapport lors de la Cryptographic Hardware and Embedded Systems conference qui se déroule en ce moment à Amsterdam, dans lequel ils détaillent une technique plutôt simple pour contourner la sécurité du système d’accès sans clé. Avec à peine 600 dollars d’équipements informatiques et radio, ils sont parvenus à récupérer le signal émis par le porte-clé sans fil d’une Tesla Model S. Ce qui leur a permis, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, d’accéder au véhicule appairé sans laisser de trace. [shortcode_jdg_read_also label=”Vidéo : des voleurs hackent en moins d’une minute la carte d’une Mercedes dépourvue de clé physique” url=”https://www.journaldugeek.com/2017/11/28/video-des-voleurs-hackent-en-moins-dune-minute-la-carte-dune-mercedes-depourvue-de-cle-physique/” width=”1/1″ /] “Cloner ces clés n’a rien de compliqué”, a confié Lennert Wouters, l’un des chercheurs en charge du rapport, dans des propos rapportés par Wired. “Nous pouvons complètement usurper l’identité du porte-clé et ouvrir et conduire le véhicule.”

PIN à la rescousse

Ce problème ne semble toucher que les Tesla Model S produites avant le mois de juin 2018. Le constructeur américain ne prend pas le problème à la légère puisqu’il a déployé une mise à jour la semaine dernière, qui renforce le chiffrement de ses porte-clés. [shortcode_jdg_read_also label=”Elon Musk ne veut plus retirer Tesla de la bourse” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/08/27/elon-musk-ne-veut-plus-retirer-tesla-de-bourse/” width=”1/1″ /] Qui plus est, Tesla a jugé bon d’installer une double-authentification puisque, si le conducteur le souhaite, le véhicule peut demander un code PIN avant de démarrer. Une sécurité supplémentaire bienvenue, qui s’ajoute au GPS constamment activé, qui permet aux victimes de traquer leur voiture en cas de vol.

Continue Reading

[caption id="attachment_50088919" align="aligncenter" width="640"] Crédit Volvo[/caption] Ceux qui ont rêvassé devant les lits volants de Little Nemo seront sans doute séduits par la Volvo 360c. Ce nouveau concept-car présenté hier nous fait miroiter un futur où les voitures deviendront des espaces de vie ultra confortables. Le scénario le plus alléchant présenté par le constructeur est probablement celui où le passager peut carrément s’allonger dans une couchette douillette pendant que la voiture l’emporte vers sa destination. https://www.youtube.com/watch?time_continue=116&v=Mlh-_hoNLaI

Salon, bureau mobile ou espace de divertissement

Mais c’est loin d’être la seule configuration envisagée par Volvo. Dans la vidéo YouTube, on peut ainsi observer la voiture aménagée en bureau mobile, en salon ou en espace de détente et de divertissement. [caption id="attachment_50088915" align="aligncenter" width="640"] Crédit Volvo[/caption] Pour Volvo, les véhicules du futur seront “autonomes, électriques, connectés et sécurisés”. Et ce concept-car montre comment ces évolutions vont bouleverser nos modes de vie en “transformant du temps de trajet improductif ou ennuyeux, en minutes et en heures de trajet utiles et agréables”. [caption id="attachment_50088918" align="aligncenter" width="640"] Crédit Volvo[/caption] “Le concept 360c explore les possibilités qui s’ouvrent lorsqu’on retire le conducteur humain de l’équation. (…) C’est un aperçu de la façon dont les technologies de conduite autonomes vont changer le monde que l’on connaît. Les possibilités sont époustouflantes”, affirme Mårten Levenstam, VP senior de la stratégie corporate de Volvo Cards.

Vivre loin du bureau ne serait plus un problème

Un exemple parmi d’autres de ce que de tels véhicules pourraient changer: le choix du lieu de vie. “À quel endroit choisiriez-vous de vivre, si vous pouviez aller au bureau chaque jour dans un “bureau mobile” fonctionnel, connecté, confortable et capable de vous conduire sur place de façon complètement autonome ?” [caption id="attachment_50088914" align="aligncenter" width="640"] Crédit Volvo[/caption] Nul doute en effet que le choix serait souvent différent s’il n’était plus nécessaire pour aller au bureau de conduire ou de prendre les transports en commun. Volvo pense même que de tels véhicules pourraient concurrencer les avions sur les trajets de courte distance. Ils permettraient en effet de voyager de porte à porte dans un confort équivalent à celui d’une cabine privée de première classe “sans avoir à faire la queue et passer les contrôles de sécurité des aéroports”. [shortcode_jdg_read_also label=”L’E-Tron d’Audi : un drôle de nom pour une voiture électrique aux rétroviseurs innovants” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/07/22/tron-daudi-drole-de-nom-voiture-electrique-aux-retroviseurs-innovants/” width=”1/1″ /] Bien sûr le Volvo 360c n’est qu’un concept-car et la commercialisation de tels véhicules n’est pas pour demain. Il suggère toutefois que le futur des transports ne devrait pas manquer d’intérêt. [caption id="attachment_50088920" align="aligncenter" width="640"] Crédit Volvo[/caption] https://www.journaldugeek.com/2018/06/25/voiture-electrique-de-volkswagen-a-battu-records-lors-course-pikes-peak/

Continue Reading

La Vespa Elettrica sera commercialisée dès le mois d’octobre en Europe. Le petit deux-roues de 50 cm3 ne débarquera en Asie et aux États-Unis qu’en 2019. Piaggio explique que la Vespa Elettrica disposera d’une autonomie de minimum 100 km, ce qui parait raisonnable pour un véhicule destiné aux petits trajets. Le constructeur explique que le scooter sera plus performant qu’un 50 cc traditionnel. Sachez également que la recharge s’effectuera en seulement quatre heures, ce qui s’avère particulièrement court. Il devrait renter en production dès le mois de septembre, dans son usine historique de Pontedera. Les précommandes débuteront en octobre et les premiers modèles seront livrés à partir de la fin du mois. La marque italienne n’a pas donné de tarif exact, mais une échelle de prix se situant « au niveau haut de l’échelle de la gamme actuelle des Vespa ». On peut donc s’attendre à prix se rapprochant des 4000 euros. Ce n’est pas tout, Piaggio compte également lancer l’Elettrica X, un modèle hybride doté d’une autonomie de 200 km. Les cinquante premiers kilomètres sont assurés en électrique et les 150 km qui suivent sont roulés grâce à l’essence. Idéal pour rouler totalement en électrique pour des courts trajets sans pour autant s’inquiéter si la balade dure plus longtemps. Ici encore, aucun tarif n’a fuité. On est plutôt emballé par le look de l’ensemble.

Continue Reading

[caption id="attachment_50087775" align="aligncenter" width="780"] Crédit image : Kalachnikov[/caption] Après les armes, le fabricant russe s’attaque au marché des voitures électriques. Lors d’un forum militaire dans la région de Moscou, il a dévoilé le prototype de sa nouvelle voiture électrique nommée CV-1. De couleur bleu pâle avec un design très rétro, elle est inspirée d’une voiture soviétique des années 1970 appelée “lj Kombi”. Le but de Kalachnikov est ici de faire de la concurrence à Tesla : “Cette technologie nous permettra de rivaliser avec les constructeurs mondiaux de voitures électriques, comme Tesla” a déclaré le service de presse du groupe à l’agence publique RIA. La CV-1 est dotée d’une batterie de 90 kWh qui porte son autonomie à 350 km avec une seule charge. Pour le moment, on ne sait pas quand est-ce que le produit sera lancé sur le marché. L’entreprise n’a en effet, donné ni date de commercialisation ni prix de départ.   [shortcode_jdg_read_also label=”Elon Musk pense pouvoir fabriquer des Tesla à 25 000 dollars d’ici trois ans” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/08/20/elon-musk-pense-pouvoir-fabriquer-tesla-a-25-000-dollars-dici-trois-ans/” width=”1/1″ /]

Une moto électrique

En plus de la CV-1, Kalachnikov a dévoilé le nouveau modèle de l’UM-1, sa moto électrique qui a été utilisée par la police lors de la Coupe du monde de football en Russie. Destinée au marché civil, elle peut atteindre jusqu’à 100 km/h en 3,5 secondes et bénéficie d’une autonomie affichée de 150 km.    [caption id="attachment_50087776" align="aligncenter" width="780"] Crédit image : Kalachnikov[/caption]

Continue Reading

[caption id="attachment_480241" align="aligncenter" width="780"] La Tesla Roadster, dont le premier modèle grand public est attendu pour 2020.[/caption] Les derniers mois ont été difficiles pour Elon Musk et pour Tesla. Sous le feu des critiques, il a été reproché à Tesla de ne pas tenir ses objectifs et les nombreux scandales qui ont émaillé l’actualité ces derniers mois n’ont pas arrangé les choses. Résultat, l’action boursière de Tesla joue au yoyo, au grand dam d’Elon Musk et des investisseurs. Ce qui a poussé le milliardaire durant le mois d’août à réfléchir à faire sortir Tesla de la bourse et mettre l’entreprise à l’abri des spéculateurs. La nouvelle avait été accueillie très fraîchement à la fois par les investisseurs et par les observateurs. Et après mûre réflexion, Elon Musk a annoncé ce week-end sur le blog de Tesla qu’il ne comptait pas retirer le constructeur de voitures électriques et de batteries de la bourse. Elon Musk avance pour cela deux raisons.

Des actionnaires peu enthousiastes à l’idée de retirer Tesla de la bourse

La première provient de ses actuels investisseurs. « La majorité des actionnaires à qui j’ai demandé s’ils désiraient rester avec Tesla si cette dernière se retirait de la bourse m’ont dit, pour faire vite, “S’il te plaît, ne fais pas ça” ». Le message était clair. Elon Musk explique également qu’en se penchant sur un processus de privatisation de Tesla, il s’est rendu compte que ce dernier lui demanderait énormément de temps. « C’est un problème parce que nous avons absolument besoin de nous concentrer sur la production de la Model 3 et de devenir rentables » explique-t-il sur le blog. [shortcode_jdg_read_also label=”Elon Musk pense pouvoir fabriquer des Tesla à 25 000 dollars d’ici trois ans” url=”https://www.journaldugeek.com/2018/08/20/elon-musk-pense-pouvoir-fabriquer-tesla-a-25-000-dollars-dici-trois-ans/” width=”1/1″ /]

« Je ne le fais pas, mais… »

Pour Elon Musk, il n’est donc plus question de faire sortir Tesla de la bourse. Mais, explique-t-il, en posant la question de cette sortie à différents investisseurs, il s’est rendu compte que l’opération était techniquement tout à fait possible. « Mon sentiment est qu’il y a largement de quoi financer la privatisation de Tesla ». Un moyen pour Musk de laisser entendre que sur un autre coup de tête, il pourrait tout à fait envisager à nouveau de sortir sa société de la bourse.

Continue Reading

[caption id="attachment_50086280" align="aligncenter" width="640"] Capture d’écran de l’interview d’Elon Musk par Marques Brownlee (à retrouver ici).[/caption] Même en plein cœur de la tourmente, Elon Musk ne perd pas le Nord. Alors que sa société Tesla se retrouve dans le viseur du gendarme de la Bourse, la SEC, et que lui-même confie être surmené, il n’en oublie pas pour autant son objectif premier : construire des véhicules électriques vraiment abordables. “C’est vraiment complexe. Pour fabriquer des véhicules plus abordables, il faut de gros volumes et des économies d’échelle”, a-t-il confié au YouTuber Marques Brownlee lors d’une interview publiée vendredi. https://www.youtube.com/watch?v=MevKTPN4ozw L’entrepreneur a également souligné qu’il était difficile pour une entreprise de la taille de Tesla de rivaliser avec des fabricants aussi importants qu’un Ford ou un General Motors dans un secteur aussi compétitif que l’automobile. Elon Musk ne se départ pas pour autant de son optimisme et estime pouvoir atteindre son objectif assez rapidement : “Je pense que fabriquer une voiture à 25 000 dollars, c’est dans nos cordes. Si nous travaillons vraiment dur, je pense que nous pouvons peut-être y arriver dans trois ans.”

Pas de pub, que du bouche-à-oreille

L’entrepreneur a d’ailleurs rappelé que tout l’argent de la compagnie et toute son attention étaient dirigés vers un seul objectif : “tenter de créer un produit aussi attractif que possible”. Créer un produit que les consommateurs aiment et dont ils ont envie de parler est selon lui la clé du succès. Et sur ce plan, l’entrepreneur affirme s’en sortir plutôt bien : il a en effet indiqué que Tesla ne dépensait quasiment rien en publicité.

Continue Reading