Quand il est question de se brancher sur un ordinateur distant pour y faire de l’entretien ou pour accéder aux fichiers qu’il contient, les solutions logicielles sont nombreuses. Par exemple, en janvier 2010, Nelson Dumais avait présenté en ces pages la version gratuite de TeamViewer qui en était alors à la version 5.0.

TightVNC
(Source de la prise d’écran: Team Viewer)

Bien que ce logiciel demeure un excellent produit, sa version 8 pour l’utilisation non commerciale contient des Nag Screen (1), une façon de rappeler à l’utilisateur qu’il utilise gratuitement un produit qui, dans les faits, se vend entre 700 $ et 3 000 $. C’est pourquoi je me sers plutôt de TightVNC (VNC étant l’abréviation de Virtual Network Computing), un gratuiciel dont le Code Source est public. Il s’agit d’un dérivé du logiciel VNC tel que développé par AT&T, le pionnier de ce type d’application. Malheureusement, il offre très peu d’options dans sa version gratuite.

Installation de TightVNC

Le gratuiciel contient deux modules indépendants : TightVNC Server, le module serveur qui doit être installé sur l’ordinateur auquel on veut accéder, et TightVNC Viewer, le module client que l’on installe sur l’ordinateur à partir duquel on désire se brancher au serveur. Le mode personnalisé de l’installation permet d’installer l’un ou l’autre, ou les deux :

TightVNC
(Source de la prise d’écran: Jacques Côté)

Il est fortement recommandé lors de l’installation de spécifier un mot de passe pour l’accès à l’ordinateur sur lequel tourne le module serveur; il est aussi recommandé d’installer ce dernier en tant que service, le serveur se lançant ainsi automatiquement au démarrage de Windows. Le module serveur ne requiert que 3 Mo de mémoire vive comparativement à plus de 14 Mo pour TeamViewer.

Les options du module serveur sont multiples et permettent d’ajuster le comportement des connexions à distance selon nos besoins et selon la vitesse du service internet de l’ordinateur hôte :

TightVNC
(Source de la prise d’écran: Jacques Côté)

En principe, il n’y a pas de changements à apporter à la configuration par défaut ; mais si on entend laisser tourner le module serveur de façon permanente sur un ordinateur, je vous suggère de modifier les ports de connexion et d’établir des règles d’accès afin d’améliorer la sécurité.

Utilisation de TightVNC

Au lancement du module client (Viewer) la fenêtre ci-dessous s’affichera :

TightVNC
(Source de la prise d’écran: Jacques Côté)

Il suffit d’inscrire l’adresse IP ou le nom de la machine à laquelle on désire se connecter. Si on a changé le port d’accès par défaut, il faudra l’indiquer (192.168.1.103:4400 par exemple).

Si on a doté le module serveur d’un mot de passe, la fenêtre suivante demandera de l’inscrire avant de permettre la connexion à distance :

Apparaîtra alors la machine distante sur laquelle on détient maintenant le plein contrôle :

TightVNC
(Source de la prise d’écran: Jacques Côté. Cliquez, elle s’agrandira.)

Vous remarquerez que dans ce cas-ci la machine distante possède 2 moniteurs que je peux faire afficher dans une fenêtre de la taille de mon choix ; en comparaison, TeamViewer est beaucoup moins facile à configurer dans des conditions similaires.

TightVNC contient son propre utilitaire de transfert de fichier qui se présente sous la forme d’un logiciel FTP réduit à sa plus simple expression ; son utilisation est donc très évidente:

TightVNC
(Source de la prise d’écran: Jacques Côté)

Une autre méthode d’utilisation

Il est possible de se brancher à un Serveur TightVNC sans même installer le module Client ; on peut en effet utiliser n’importe quel navigateur internet à partir de n’importe quel ordinateur pourvu que Java y soit installé.

TightVNC
Il suffit de taper l’adresse IP de l’ordinateur distant suivi du numéro de port d’accès Web, comme dans l’image ci-contre. Une fois la connexion établie, le navigateur demande le mot de passe d’accès, pourvu que l’on en a spécifié un dans le module serveur. (Source de la prise d’écran: Jacques Côté)

Il n’y a aucune différence d’utilisation entre les deux méthodes, mais pour les maniaques de sécurité, il est important de spécifier que la connexion par le biais d’un navigateur ne se fait pas en mode sécurisé (https). Ceux qui tiennent à une connexion sécurisée auront intérêt à utiliser le client SSVNC, un gratuiciel multiplateforme qui permet de créer un tunnel crypté avant de lancer un client VNC.

TightVNC est minimaliste et c’est ce qui explique ses faibles exigences et sa rapidité de réponse. Si vous avez des besoins plus spécifiques, le gratuiciel UltraVNC répondra peut-être plus à ce que vous recherchez par le biais de ses modules additionnels de chiffrement, de connexions NAT, et de clavardage.

(1) Nag Screen : traduction-maison : « bavublots ». Contraction des mots « baveux » et « hublot », ce néologisme fraîchement pondu ce matin réfère à un message baveux qui vient s’afficher sur le Bureau d’un ordi. Par exemple : « Les gens sérieux, ceux qui en ont les moyens, les battants et les gagnants, pas les tocards comme vous, achètent, eux, la version complète de ce logiciel ! ».

Cet article TightVNC : un gratuiciel de réseau virtuel est apparu en premier sur Nelson Dumais Le Magazine.